Comment choisir le bon label ou classement pour votre meublé de tourisme?

Les différents classements et les labels pour votre meublé de tourisme vous apparaissent comme une jungle inextricable?

Vous vous demandez quels sont les particularités de chaque label?

Vous voulez vous décider à classer ou non votre Airbnb?

 

 

Indication du niveau de confort, et désormais, du niveau de prestations de services, le classement est un repère précieux pour les touristes.

Il devient ainsi de plus en plus incontournable.

Si les chambres d’hôtes ne font pas l’objet d’un classement de la part des mairies (auprès desquels les propriétaires doivent se déclarer), elles le sont généralement par les labels.

Quant aux gîtes, à l’instar des hôtels, ils bénéficient d’un classement étoilé instauré au niveau national.

 

 

label classement airbnb

Quel label, quel classement pour votre hébergement loué entre particuliers?

 

 

 

Le classement des meublés de tourisme

 

Obtenir le classement de son meublé

 

Les critères de classement des meublés de tourisme font partie des différents classements diffusés par Atout France, l’agence de développement touristique de la France, unique opérateur de l’État dans ce secteur.

Si le classement en étoiles reste une démarche volontaire et facultative, elle est néanmoins obligatoire pour être répertoriée par les offices de tourisme de votre département et région, et pour solliciter ensuite votre inscription dans un label.

Il est aussi intéressant pour maîtriser le montant de votre taxe de séjour, qui peut être amené à varier fortement en l’absence de classement

 

 

Comment procéder ?

 

Différents organismes ont été accrédités par l’État pour effectuer une visite des meublés souhaitant obtenir un classement.

C’est donc à ces organismes que vous devez vous adresser en premier lieu.

 

Vous en trouverez la liste sur le site atout France rubrique organisme de contrôle (cf ci-dessus)

Les organismes accrédités sont des cabinets privés, des organismes agréés ou des agences de développement touristique et offices de tourisme qui étaient déjà agréés avant la réforme de 2009.

De façon générale, contactez votre office de tourisme qui vous orientera vers un organisme certificateur.

 

Dans un premier temps, une visite de votre meublé est organisée par le représentant de l’organisme (suivant l’organisme, le tarif de visite varie entre 180 et 250 €, des frais supplémentaires peuvent être prévus pour le déplacement).

 

Le référentiel de classement fonctionne suivant un système sur critères obligatoires ou optionnels.

À l’issue de cette visite, le représentant vous délivre, dans les 15 jours, un rapport de contrôle.

Vous adressez ensuite votre demande classement et votre rapport de contrôle votre préfecture.

Votre préfecture dispose d’un délai d’un mois pour vous répondre, sous forme d’un arrêté de classement qu’elle transmet également à atout France.

Les meublés bénéficiant de ce classement sont répertoriés sur son site.

 

Votre arrêté de classement et votre certificat de visite en cours de validité doivent être affichés de manière visible à l’extérieure et à l’intérieure du meublé, par le biais de panneaux homologués.

Par la suite, vous devez faire effectuer une visite nouvelle par un organisme agréé tous les cinq ans, et adresser le nouveau certificat de visite à la préfecture.

 

L’identification et le classement de votre gîte par la préfecture présentes plusieurs avantages :

  • vous bénéficiez de la dénomination meublée de tourisme, gage de qualité et de certification auprès des clients
  • vous êtes répertorié par votre office de tourisme, et bénéficiez de ses outils de promotion (catalogue, site Internet, affichage…) : pourtant de nombreux offices de tourisme font payer cette prestation ??
  • Le classement en étoiles est clairement identifié par le client.

 

 

Par ailleurs, le classement préfectoral est une formalité obligatoire pour :

  • obtenir l’agrément chèques vacances ANCV
  • obtenir un label de gîte rural : gîtes de France, les vacances, bienvenue à la ferme, fleurs de soleil,…

 

En pratique, un imprimé Cerfa numéro 11819*03 : demande classement de meublés de tourisme est à retirer en mairie ou télécharger sur service–public.fr

 

 

Pour en savoir plus :

Guide complet : la procédure d’enregistrement de votre meublé de tourisme

Location meublée touristique à Paris : télédéclaration + tuto + astuces

 

 

 

classement location courte duree

Il faut reconnaître qu’avoir ces étoiles sur la devanture de votre location courte durée, cela en jette!

 

 

 

Choisir et obtenir un label pour votre location courte durée

 

 

Si le propriétaire de chambre d’hôte ou d’un gîte reste totalement libre d’adhérer ou non à un label, ces derniers sont tout de même appelés à prendre une place prépondérante dans la mesure où l’attribution d’une subvention est de plus en plus conditionnée à l’obtention d’un label.

Il s’agit d’une disposition visant à élever la qualité générale des prestations d’hébergement touristiques, mais également d’un moyen d’assurer un meilleur suivi des propriétaires.

 

Tout cela est suivi dans le montage du projet, et, par la suite, avec :

  • des dispositifs pour la réservation des hébergements,
  • la promotion d’un site Internet pour votre location courte duree
  • par le biais de l’édition de catalogues,
  • des regroupements et mises en relation entre propriétaires,
  • et dans certains cas, des offres de formation.

 

L’appartenance à un label suppose un droit de regard sur votre aménagement, et sur les plans d’architecture.

Les cahiers des charges des différents labels sont définis en conformité avec les décrets réglementaires nationaux.

cf : Le guide complet | Réglementation de la location saisonnière courte durée

 

 

Des critères établis par les labels sont fondés sur ce classement préfectoral, qui détermine les obligations auxquelles chaque meublé se doit de répondre.

 

Les critères pris en compte dans l’attribution portent sur :

  • l’environnement : mise en valeur du bâti, les abords et espaces verts, site général, absence de nuisances visuelles, olfactives, aux sonores
  • l’aménagement intérieur : surface, capacité d’accueil, confort général, mobilier, décoration, équipements
  • la qualité de l’accueil et du service rendu par le propriétaire ou une personne mandatée

 

A vous de voir si les critères de la labellisation vous conviennent ou s’ils vous empêchent de développer votre hébergement à votre guise :

  • vous pouvez tout à fait vous contenter du classement préfectoral,
  • trouver d’autres sources de financement que les subventions publiques et
  • confier la mise en location une agence immobilière.

 

Néanmoins, rejoindre un label a plusieurs avantages :

  • un accompagnement pour le montage du projet
  • une meilleure reconnaissance auprès des institutions du tourisme
  • visibilité à travers des outils de promotion mis en place
  • la formation régulière sur la législation (par exemple sanitaire, concernant l’énorme sécurité,…)
  • la maîtrise du montant de votre taxe de séjour

Pour aller plus loin :

17 infos essentielles sur la taxe de séjour pour les propriétaires de location courte durée

 

 

 

Comment choisir le label de votre location saisonnière ?

 

Dans un premier temps, consultez les sites et différents labels que nous vous présentons.

Il est important que vous vous sentiez en accord avec leur conception de l’hébergement.

 

Par la suite, n’hésitez pas faire jouer la concurrence :

  • interrogez les sur le profil de leurs adhérents,
  • sur les accompagnements qu’ils proposent avant et après l’ouverture des hébergements (montage dossier, formation, d’information,…),
  • sur les cotisations qu’il demande,…

 

 

 

Voici quels sont les principaux labels pour votre hébergement

 

 

#1 – gîtes de France

 

gite de france label airbnb

Avec plus de 50 000 propriétaires offrants 60 000 hébergements, dont la quasi-totalité en gîtes ruraux, la fédération nationale des gîtes de France constitue le premier label les réseaux d’hébergement chez l’habitant, en France, mais aussi au niveau européen.

 

L’association est née en 1955 avec le regroupement des 146 premiers gîtes ruraux de France.

Cette même année, elle rédige la charte des gîte ruraux.

Par la suite elle innove régulièrement en matière d’ingénierie du tourisme rural, jusqu’à obtenir l’agrément d’organisme national pour la promotion et le contrôle des meublés de tourisme par le ministère du tourisme en 1997.

Régulièrement, de nouvelles thématiques sont créées afin d’opérer un ciblage de plus en plus précis de la clientèle :

  • City break,
  • Charme château,
  • œnologie,
  • tropiques,
  • bien-être
  • ou sport de sensations par exemple

 

L’adhésion, le dépôt des demandes de subventions s’effectuent sur dossier auprès des relais départementaux de la fédération.

La fédération dispose une charte de qualité commune à  tous les hébergement, mais les modalités d’agrément (notamment le type d’habitat requis) diffèrent d’un département à l’autre.

 

Le relais départemental est donc le premier interlocuteur contacter si vous souhaitez adhérer au réseau.

 

Les relais départementaux sont composés de structures associatives et d’une structure commerciale (la centrale de réservation).

Chaque relais est libre de fixer le montant annuel de la cotisation, autour de 130 €, et les commissions prélevées sur chaque réservation effectuée par la centrale, autour de 15 %.

Le passage par la centrale de réservation n’est pas obligatoire.

Les gîtes peuvent également éditer des contrats de location, au prix de neuf euros pour les courts séjours, de 13 euros pour les séjours de plus de trois jours.

 

 

 

#2 – Clés vacances

 

Avec 25 000 gîtes et chambres d’hôtes, clévacances et le second grand label d’hébergement chez l’habitant.

L’adhésion se fait sur dépôt de dossier et visite des techniciens du label.

La participation annuelle est de 130 € pour location avec un tarif dégressif en fonction du nombre d’hébergements.

Le classement des hébergements se fait par nombre de clés.

Les critères d’obtention des clés sont très précis, et portent davantage sur la disposition des pièces, confort (notamment chauffage et eau sanitaire, attitrée), la superficie des espaces verts que sur les équipements disponibles

 

 

Clévacances ne propose pas de centrale de réservation, mais une plate-forme de mise en relation entre clients et propriétaires sur Internet et des catalogues par département et avec des thématiques.

 

Ce label ne prélève donc pas de commission sur la réservation.

 

 

#3 – Accueil paysan

 

 

Ce réseau compte plus de 1000 adhérents en France, une soixantaine à l’étranger.

Accueil paysan est un groupement de paysans qui souhaitent faire découvrir leur métier, leur mode de vie et l’environnement aux personnes qu’ils hébergent.

 

L’association se définit comme une solution de remplacement au modèle de développement intensif de l’agriculture et valorise le choix de ses adhérents par une agriculture à taille humaine.

Plus largement que les seuls paysans, le réseau accepte aussi toute personne possédant un lien à la terre, même non doté d’un statut agricole.

Par exemple, un ancien jardinier amateur cultivant un grand jardin potager, ou possédant quelques animaux, tout en se reconnaissant dans la démarche de l’association peut aussi devenir accueillant et participer au partage de son quotidien avec les visiteurs.

 

La pédagogie et la notion d’échange sont le cœur de la démarche.

L’espace rural n’est pas simplement un environnement, un cadre où passer ses vacances.

 

Les accueillis viennent y trouver repos, calme et bien-être, et aussi partager et découvrir concrètement la réalité du monde rural.

De leur côté, les économies des accueillants abondent l’association, avec toujours cette vision d’un tourisme différent, participatif.

 

Pour rejoindre accueil paysan, contactez dans un premier temps le siège de l’association, qui vous fera parvenir la charte des cahiers des charges.

Contactez ensuite votre relais local, qui organisera la visite d’agrément.

Cette première visite est effectuée par un autre paysan adhérent, bénévoles du relais, pour valider le démarrage.

Dans un premier temps, l’accueillant effectue une année d’essai, cette période probatoire lui permet, ainsi qu’à l’association, de vérifier que l’activité d’accueil lui convient.

Durant cette première année, le gîte peut figurer sur le site Internet de l’association et dans le guide de la région du département.

À l’issue de cette année, une deuxième visite a lieu pour confirmer l’inscription définitive.

Il est alors possible de figurer dans le guide national, tiré à 10 000 exemplaires, en plus du site Internet.

Par la suite, le renouvellement de validation a lieu tous les trois ans.

 

L’adhésion coûte environ 150 € par an.

Accueil paysan ne délivre pas d’étoiles ses adhérents, car l’accent est mis sur l’échange d’avantage que sur l’aspect matériel, ce qui n’empêche pas que les adhérents soient par ailleurs classés au niveau préfectoral.

Enfin, accueil paysan bénéficie d’une reconnaissance croissante de la part des institutions du tourisme. Ces bénévoles sont maintenant accrédités pour effectuer des visites d’agrément des meublés de tourisme.

De ce fait, il est désormais plus facile d’obtenir des subventions en étant affilié.

 

 

 

#4 – Bienvenue à la ferme

 

 

Bienvenue à la ferme est un réseau créé par les chambres d’agriculture pour regrouper et offrir une visibilité aux exploitants agricoles ayant diversifié leur activité vers l’hébergement, et en mettant en avant la vente directe de produits la restauration.

 

Il ne s’agit pas d’un label de même nature que les précédents car il ne porte pas sur un hébergement proposé.

Les membres du réseau qui proposent des hébergements sont invités dans le même temps à s’engager dans une démarche de labellisation auprès de Clef vacances ou Logis de France.

Actuellement le réseau compte 7000 adhérents.

 

L’appartenance au réseau garanti que l’agriculteur est bien en activité, et qu’il s’engage dans une démarche pédagogique vis-à-vis des visiteurs qu’il reçoit.

Découverte de l’environnement, soin aux animaux, explications sur les modes de culture,…, l’exploitant doit pouvoir répondre à toute question portant sur son activité, l’objectif étant de faire connaître et découvrir l’environnement agricole, de valoriser les produits.

De même, lorsque ces exploitants proposent des hébergements, les produits de la ferme sont utilisés au cours des petits-déjeuners repas.

Pour adhérer au réseau, contactez votre chambre d’agriculture.

Après l’avis d’agrément, si vous êtes agréé, vous devrez une cotisation nationale et une cotisation variable selon votre chambre d’agriculture référence, à acquitter chaque année.

Des visites ont lieu par la suite tous les trois ans.

Chaque adhérent est présenté sur le site Internet du réseau.

Il n’existe pas de centrales réservations, les visiteurs contactent directement les fermes de leur choix.

 

 

 

#5 – Fleur de soleil

 

Cette association a été créée en 1997 par des propriétaires de chambres d’hôtes et compte 600 adhérents.

Fleurs de soleil est représentée dans chaque département, ce qui lui permet d’être connue des organismes quelques tels que des CDT et offices de tourisme.

Elle participe au montage des dossiers de subventions et appuie les demandes auprès des institutions concernées.

L’adhésion annuelle est de 250 €, plus une participation pour figurer sur le site internet.

Fleur de soleil ne propose pas de centrale de réservation, mais une plate-forme de mise en relation entre clients et propriétaires

 

 

 

#6 – Bed and Breakfast

 

 

« Vous arrivez en client, vous repartez en ami »

 

C’est le slogan de cette marque fondée il y a une trentaine d’années en Grande-Bretagne, le label Bed & Breakfast a ouvert un bureau en France 1994 et regroupe des propriétaires de chambres d’hôtes.

Du fait de son origine britannique, votre appartenance à ce label offre une visibilité au niveau européen et internationale, l’essentiel des clients provenant d’Angleterre.

Pour rejoindre ce réseau, une visite d’agrément est nécessaire : cependant, du fait qu’il existe peu de structures en France, il peut s’écouler deux à trois mois entre votre dépôt de dossier et la visite d’agrément.

Les gîtes sont notées sur une échelle d’un à quatre soleils.

L’adhésion annuelle est de 120 €, avec une participation supplémentaire de 100 € la première année pour les frais de dossier.

Les adhérents sont présents un catalogue édité par le voyagiste Thomas Cook, qui est diffusé en Angleterre, ainsi que le site Internet de Bed and Breakfast.

Vous pouvez, au choix, bénéficier du service de centrale réservation avec une commission de 10 %

 

 

 

Et vous, êtes vous labellisé?

Envisagez vous de le devenir?

Mettez vos commentaires ci-dessous, nous adorons échanger !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *