Tout savoir sur le bail mixte: guide complet

Dans le paysage immobilier français en constante évolution, le bail mixte émerge comme une option de plus en plus prisée, à la fois par les propriétaires et les locataires.

Ce contrat de location hybride, qui combine les éléments du bail d’habitation et du bail commercial, offre une flexibilité inégalée, permettant aux locataires de résider et d’exercer une activité professionnelle au sein d’un même local.

Toutefois, cette polyvalence s’accompagne d’une réglementation complexe et de responsabilités spécifiques pour chaque partie.

L’année 2023 marque un tournant décisif dans ce domaine, avec l’introduction de nouvelles réglementations qui affectent directement les contrats de bail mixte.

Ces changements législatifs, entrés en vigueur en octobre 2023, rendent d’autant plus cruciale une compréhension approfondie des subtilités de ce type de contrat.

Cet article se propose de démystifier le bail mixte en France, en offrant un guide exhaustif qui couvre tout, de sa définition légale aux obligations et droits des parties concernées.

Que vous soyez propriétaire cherchant à louer votre bien de manière optimale, ou locataire à la recherche d’une solution de location qui s’adapte à vos besoins professionnels et personnels, ce guide est conçu pour vous fournir toutes les informations nécessaires pour naviguer avec confiance dans le monde du bail mixte.


Un bail mixte est un contrat de location qui permet au locataire d’utiliser un local à la fois comme résidence principale et lieu d’exercice d’une activité professionnelle. La résidence principale doit être occupée au moins huit mois par an, tandis que l’activité professionnelle ne doit pas être de nature industrielle ou commerciale. La durée minimale du bail varie selon le statut du bailleur: trois ans pour une personne physique et six ans pour une personne morale.


Comparatif des baux : Bail Mixte, Bail d’Habitation, Bail Commercial

CatégorieQu’est-ce qu’un Bail Mixte?Bail d’HabitationBail Commercial
Définition légaleUn bail mixte est un contrat qui permet au locataire d’utiliser les locaux à la fois pour des fins résidentielles et professionnelles.Exclusivement pour l’usage résidentiel.Exclusivement pour l’usage professionnel.
Objet du BailLes locaux sont utilisés à la fois pour des activités résidentielles et professionnelles.Exclusivement résidentiel.Exclusivement professionnel.
Durée du BailVariable, mais doit être clairement spécifié dans le contrat.1 à 3 ans pour les locations meublées, 3 ans pour les non meublées.Minimum de 9 ans.
Régime fiscalSoumis aux dispositions fiscales des deux types de baux, sauf spécification contraire dans le contrat.Soumis à la taxe d’habitation.Soumis à la Contribution économique territoriale (CET).
RésiliationPeut être complexe en raison des éléments mixtes; les conditions doivent être clairement définies dans le contrat.Plus flexible, avec des préavis plus courts.Résiliation plus complexe, souvent soumise à des indemnités.

Qu’est-ce qu’un Bail Mixte?

bail mixte
Analyse juridique d’un bail mixte

Un bail mixte est un contrat de location qui combine les éléments d’un bail d’habitation et d’un bail commercial.

Il permet au locataire d’utiliser les locaux à la fois à des fins résidentielles et professionnelles.

Ce type de bail est généralement soumis aux dispositions légales des deux types de baux, mais il est crucial de spécifier clairement dans le contrat les parties du local qui seront utilisées à des fins commerciales et celles qui seront utilisées à des fins résidentielles.

Différences entre bail d’habitation et bail commercial

CatégoriesBail d’HabitationBail CommercialBail Mixte
Objet du BailExclusivement pour l’usage résidentiel.Exclusivement pour l’usage professionnel.Permet une utilisation mixte des locaux pour des activités professionnelles et résidentielles.
Durée du Bail1 à 3 ans pour les locations meublées, 3 ans pour les non meublées.Minimum de 9 ans.Variable, doit être spécifié dans le contrat.
Régime fiscalSoumis à la taxe d’habitation.Soumis à la Contribution économique territoriale (CET).Soumis aux dispositions fiscales des deux types de baux, sauf spécification contraire dans le contrat.
RésiliationPlus flexible, avec des préavis plus courts.Résiliation plus complexe, souvent soumise à des indemnités.Complexité variable; les conditions doivent être clairement définies dans le contrat.

Avantages et Inconvénients

Avantages:

  1. Flexibilité: Permet d’utiliser un même local pour des activités professionnelles et résidentielles.
  2. Économie: Réduction des coûts liés à la location de deux espaces distincts.
  3. Simplicité administrative: Un seul contrat à gérer.

Inconvénients:

  1. Complexité juridique: Nécessité de se conformer aux réglementations des deux types de baux.
  2. Risque fiscal: Possibilité d’une double imposition si la séparation entre les parties résidentielles et commerciales n’est pas clairement définie.
  3. Moins de protections: Les protections offertes par un bail d’habitation ou commercial pur peuvent être diluées dans un bail mixte.

Comment établir un bail mixte?

bail mixte
Signature d’un bail mixte : un moment clé

Étapes à suivre:

  • Identification des Besoins: Avant de rédiger le bail, les deux parties doivent clairement identifier leurs besoins respectifs en termes d’utilisation des locaux pour des fins résidentielles et/ou professionnelles.
  • Consultation Juridique: Il est fortement recommandé de consulter un avocat spécialisé en droit immobilier pour s’assurer que le bail respecte les réglementations en vigueur.
  • Rédaction du Contrat: Le contrat doit être rédigé en précisant les zones du local qui seront utilisées à des fins résidentielles et celles qui seront utilisées à des fins professionnelles.
  • Inclusion des Clauses Spécifiques: Le bail doit inclure des clauses spécifiques relatives aux obligations fiscales, aux conditions de résiliation, aux rénovations, etc.
  • Signature du Bail: Une fois que les deux parties sont satisfaites du contrat, elles doivent le signer en présence d’un notaire pour le rendre légalement contraignant.
  • Enregistrement du Bail: Le bail signé doit être enregistré auprès des autorités compétentes pour être pleinement effectif.

Documents nécessaires:

  • Pièces d’identité des deux parties
  • Preuve de propriété du bailleur
  • Preuve d’activité professionnelle du locataire
  • Plans des locaux
  • Certificats de conformité des locaux

Points à négocier entre les parties:

  • Loyer: Le montant, la date de paiement et les modalités de révision doivent être clairement définis.
  • Charges: Les parties doivent s’accorder sur la répartition des charges liées à l’entretien des locaux, aux taxes, etc.
  • Durée du Bail: La durée du bail et les conditions de renouvellement ou de résiliation doivent être négociées.
  • Utilisation des Locaux: Les zones spécifiques du local qui seront utilisées à des fins résidentielles ou professionnelles doivent être clairement identifiées.
  • Obligations Fiscales: Les obligations fiscales de chaque partie doivent être clairement énoncées pour éviter toute ambiguïté.
  • Conditions de Résiliation: Les conditions sous lesquelles le bail peut être résilié par l’une ou l’autre des parties doivent être clairement définies.

“Il est crucial de comprendre que le bail à usage mixte est soumis à un cadre juridique spécifique. Les bailleurs doivent être particulièrement vigilants lors de la rédaction des clauses pour éviter toute ambiguïté qui pourrait donner lieu à des litiges.” – Aurélie. M, Avocate spécialisée en droit immobilier

Bail à usage mixte professionnel et d’habitation principale

contrat de bail
Dans l’univers de la location, il est indispensable d’établir un contrat pour fixer les conditions et définir les droits et les obligations du propriétaire et du locataire

Pour être considéré comme un bail mixte, le local doit servir à la fois de résidence principale et de lieu pour exercer une activité professionnelle.

La résidence principale est définie légalement comme un lieu occupé au moins huit mois par an, sauf en cas d’obligation professionnelle, de raison de santé ou de force majeure.

Cette définition exclut les résidences secondaires et les habitations provisoires ou occasionnelles.

Bien que certaines personnes puissent avoir plusieurs résidences, la loi stipule qu’une seule peut être considérée comme principale.

La notion de résidence principale diffère de celle de domicile, qui est un concept juridique utilisé pour localiser une personne.

Par exemple, une personne peut être domiciliée fiscalement à l’étranger tout en ayant sa résidence principale en France.

L’occupation effective mais pas nécessairement permanente du logement suffit pour qu’il soit qualifié de résidence principale.

Des critères comme l’inscription sur les listes électorales ou le paiement de l’impôt sur le revenu peuvent servir à établir ce statut.

En ce qui concerne l’usage professionnel, il ne doit pas avoir un caractère industriel ou commercial.

Les professions libérales réglementées ou non, ainsi que certaines activités artistiques, sont concernées.

Les édifices religieux peuvent également être considérés comme des locaux professionnels.

L’accord du bailleur pour un usage mixte peut être obtenu soit lors de la signature du bail, soit ultérieurement par autorisation expresse ou tacite.

L’exercice d’une activité professionnelle non autorisée peut entraîner la résiliation du bail.

De plus, une autorisation administrative peut être nécessaire pour les locaux situés dans certaines zones géographiques.

Le contrat de bail peut stipuler un usage mixte sans pour autant obliger le locataire à utiliser le local pour les deux usages.

L’usage contractuel prévaut sur l’usage effectif, ce qui signifie que le bail ne peut être résilié en raison de l’usage effectif du local par le locataire.

La durée minimale du bail mixte varie selon que le bailleur est une personne physique ou morale.

Pour une personne physique, la durée minimale est de trois ans, tandis que pour une personne morale, elle est de six ans.

Cette différence s’explique par le fait que les personnes morales n’ont généralement pas besoin de récupérer le local aussi rapidement que les particuliers.

“La notion de résidence principale dans un bail mixte est souvent mal comprise. Il est crucial de se rappeler que la loi exige une occupation effective d’au moins huit mois par an. Cette précision légale peut éviter de nombreux conflits entre le bailleur et le locataire.” – Dylan. M, Avocat

Bail mixte commercial et d’habitation : cadre juridique et modalités

signature_bail_locatif_résidence_principale
La remise des diagnostics à la signature du bail locatif pour résidence principale est obligatoire

Un bail mixte commercial et d’habitation est régulé par le Code de commerce, sous la catégorie des baux commerciaux.

Cette classification s’applique indépendamment de la proportion des locaux dédiée à l’habitation.

Critères de Qualification

Pour être classé comme bail mixte commercial, plusieurs critères doivent être remplis :

  • Objet du Bail : Il doit concerner un immeuble ou un local. Les constructions mobiles, comme les cabines préfabriquées, sont exclues.
  • Affectation des Lieux : Le local ou l’immeuble doit abriter une activité commerciale, industrielle ou artisanale.
  • Statut du Locataire : Le locataire doit être soit un commerçant, un industriel ou un artisan.

Modalités d’Affectation

L’affectation peut être définie lors de la signature du bail ou ultérieurement, avec l’accord du propriétaire.

Elle ne peut pas être modifiée unilatéralement par le locataire.

L’exploitation effective du fonds est requise.

La sous-location totale du local n’est pas considérée comme une exploitation effective, sauf si elle est explicitement autorisée dans le bail.

Durée et Résiliation

  • Durée Minimale : 9 ans, avec possibilité de résiliation tous les 3 ans par le locataire.
  • Durée Supérieure : Possible, mais si supérieure à 12 ans, un acte notarié est requis.
  • Durée Inférieure : Un bail dérogatoire peut être conclu pour une durée maximale de 3 ans.

Procédures de Résiliation

Le bail ne prend fin que par l’effet d’un congé, qui doit être donné 6 mois à l’avance.

Les motifs de congé par le bailleur sont strictement encadrés par la loi.

Prolongation Tacite

En l’absence de congé, le bail est automatiquement prolongé au-delà de la date d’expiration initiale.

Ce cadre juridique est essentiel pour toute personne cherchant à établir un bail mixte commercial et d’habitation, que ce soit en tant que locataire ou bailleur.

Il définit non seulement les obligations légales mais aussi les options disponibles pour les deux parties.

“Le cadre juridique des baux mixtes commerciaux est très spécifique et diffère de celui des baux résidentiels ou purement commerciaux. Par exemple, la durée minimale de 9 ans est souvent source de confusion. Il est donc impératif de consulter un professionnel pour bien comprendre les subtilités.” – Marc-Antoine R. Notaire

Conclusion

Le bail à usage mixte commercial et d’habitation est un contrat complexe qui est soumis aux dispositions du Code de commerce.

Il nécessite une attention particulière quant à son objet, son affectation, la qualité du locataire, sa durée, et les conditions de sa résiliation.

Le contrat doit être clairement défini et les parties doivent être en accord sur des éléments cruciaux tels que l’affectation commerciale, industrielle ou artisanale des lieux loués.

De plus, le locataire doit être soit un commerçant, un industriel ou un artisan immatriculé au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers.

La durée du bail est également un élément clé, avec une durée minimale légale de 9 ans, mais la possibilité d’opter pour une durée supérieure ou inférieure sous certaines conditions.

Il est donc impératif pour les parties de bien comprendre ces aspects et de les prendre en compte lors de la rédaction et de la signature du bail.

Une mauvaise compréhension ou une négligence dans ces domaines peut entraîner des conséquences juridiques et financières importantes pour les parties impliquées.

Sources

  • LegalPlace : Un guide complet sur le bail mixte, y compris les obligations et les droits des parties.
  • Legifrance : Le texte de loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 qui s’applique aux locations à usage mixte professionnel et d’habitation.
  • Marchal Avocats : Un article qui explore les implications de la loi ÉLAN sur les baux mixtes commerciaux.
  • AFF Avocats : Un article qui détaille les principales caractéristiques d’un bail à usage mixte.
  • Service-Public.fr : Une source gouvernementale qui explique les règles applicables aux baux mixtes.

J’espère que vous appréciez la lecture de cet article.

Vous voulez faire passer votre activité de location saisonnière au niveau supérieur ?

Vous êtes libre de découvrir le programme exceptionnel du Club VIP et rejoindre la crème de la crème des propriétaires :


Notez ce post

Pierre

Pierre est ingénieur agronome spécialisé dans l'aménagement du territoire (INA ENSA A), et urbaniste. Investisseur immobilier dans la location meublée courte et longue durée, il est passionné pour aider les propriétaires au quotidien. Il est l'auteur du Best Seller "Airbnb Master : les 200 secrets des nouveaux millionnaires de la location courte durée" et collabore avec de nombreux médias (Capital de M6, Le Monde, Le Parisien, Le Petit Futé...) Surtout, Pierre est à votre disposition pour échanger sur vos difficultés, laissez un commentaire !