Le jour où Airbnb a trahi ses hôtes “adorés” (et ce qu’il s’est passé)

Bonus Gratuit : 13 astuces pour apprendre à louer en direct (votre indépendance en marche)

Mars 2020. 

Airbnb a modifié sa politique d’annulation en cas de circonstances de force majeure ou  “circonstances exténuantes” pour passer outre les conciergeries et les hôtes.

Tous les propriétaires de location saisonnière, de gîtes, d’hôtels, de chambres d’hôtes, les conciergeries Airbnb et les gestionnaires immobiliers garderont ce moment gravé dans leur esprit.
Ce moment où Airbnb les a trahi.

Sans prévenir, et avec le sourire.

faire fortune sur Airbnb

Cet épisode douloureux restera comme le moment où nous avons tous réalisé que nous vivions dans un monde de dépendance, de facilité.

Nous sommes devenus tellement enchantés par les grandes plateformes de réservation en ligne que sont Airbnb, Booking.com, Abritel, etc.. qui génèrent des revenus et des réservations pour nous,

que nous avons oublié qu’ils ne comprennent vraiment ce que nous faisons, notre métier, et qu’ils n’ont que peu ou pas d’estime pour leurs hôtes, qu’ils considèrent comme des fournisseurs (et pas comme des clients)

Comme si la crise du coronavirus avec son confinement et ses restrictions de circulations n’étaient pas assez compliquée comme cela à gérer, Airbnb nous a apporté un moment de pure grâce en annonçant qu’ils allaient utiliser la politique des circonstances de force majeure pour permettre aux voyageurs d’annuler leurs séjours sans pénalité.

Et sans aucune indemnisation ou solution de replis pour l’hôte.

Bonus Gratuit : 3 astuces pour apprendre à louer en direct (votre indépendance en marche)

En d’autres termes, si vous avez un voyageur confirmé pendant la durée que Airbnb jugera utile, Airbnb va (ou a déjà) lui rembourser intégralement et automatiquement l’intégralité de sa réservation, que vous soyez d’accord ou non. 

Une incertitude de plus, vu que personne ne connaît le futur et situation évoluera. 

Les voyagistes, pour préserver leur chiffre d’affaire et leur activité offriront des coupons aux voyageurs touchés par la crise du coronavirus. Airbnb, ne donne pas le choix. Ils remboursent intégralement. 

Oh, mais ne vous sentez pas oubliés par Airbnb :

  • dans sa grande bonté envers vous cher petit fournisseur de nuitée,
  • si vous avez envie d’annuler les séjours de vos voyageurs pendant la période de crise,
  • vous pouvez le faire sans les pénalités que Airbnb applique habituellement aux hôtes qui n’honorent pas les réservations confirmées.
  • Ouf ! Pas de commentaire automatique sur votre profil indiquant que vous avez annulé un séjour en dehors des règles d’Airbnb.

Qu’ils sont bons envers leurs incroyables SuperHotes qu’ils avaient érigé sur un piédestal…

Bien sûr, ce n’est que du pur marketing vu que de toutes façons ces réservations sont automatiquement annulées et remboursées par Airbnb 🙂

Voici l’annonce spécifique COVID-19 de la politique relative aux cas de force majeure de Airbnb :

Les réservations de séjours et d’expériences Airbnb effectuées au plus tard le 14 mars 2020, avec une date d’arrivée entre le 14 mars 2020 et le 14 avril 2020, sont couvertes par la politique et peuvent être annulées avant la date d’arrivée. Les voyageurs qui annulent recevront un remboursement intégral et les hôtes pourront annuler sans frais ni incidence sur leur statut de Superhost. Airbnb rembourse tous les frais de service pour les annulations couvertes.

Source : Airbnb / politique relative aux cas de force majeure et coronavirus

Le problème est que pas plus tard que le 25 février 2020, la politique et la page de l’Airbnb sur les cas de force majeure avaient une tonalité et un contenu différents, que vous pouvez retrouver ici (en anglais, la page française a été redirigée), cela donnait :

Dans de rares cas, si Airbnb détermine que la raison de l’annulation d’un invité relève de la politique relative aux cas de force majeure d’Airbnb, Airbnb peut passer outre la politique d’annulation de l’hôte (ex : flexible, modéré, strict) et prendre des décisions de remboursement”.

(traduction maison :))

Il est précisé qu’une “maladie pandémique déclarée par une autorité nationale ou internationale crédible ” peut être couverte par la politique relative aux cas de force majeure d’Airbnb.

Je ne suis ni sourd, ni aveugle.  

J’ai de l’empathie pour les voyageurs, je veux le meilleur pour eux.

Je sais que la pandémie COVID-19 n’est pas une Fake News (comme certains responsables connus le clament encore haut et fort), et que nous vivons un moment sans précédent. 

Les gens paniquent. Il est difficile de prendre tous ces appels angoissés. Nous le savons tous. Nous le faisons depuis très longtemps. Nous l’avons fait pendant la vague d’attentats islamistes, pendant les grèves, les gilets jaunes, etc.

Mais je ne trouve aucune trace que cette politique de cas de force majeure ait jamais été utilisée de manière aussi large et aussi radicale.

Cependant, je sais aussi que de nombreux propriétaires de locations courte durée et conciergeries ont mis en place leur propre politique COVID-19 qui établit un bien meilleur équilibre entre les besoins des clients qui ont peur de voyager et ceux des propriétaires qui comptent sur leurs revenus locatifs pour payer leurs crédits et leurs charges. 

Par exemple, de nombreux propriétaires réussissent à permettre à leurs clients de reporter leurs vacances à une date ultérieure sans perdre de revenus, comme c’est le cas pour les compagnies aériennes.   

J’ai également relayé deux idées pour une stratégie gagnant / gagnant entre voyageurs et hôtes, que vous allez adorer et que vous trouverez dans cet article.

Alors pourquoi Airbnb a pris une telle décision de manière autoritaire ? Et pourquoi Airbnb pense pouvoir mieux gérer cette crise mieux que les véritables gestionnaires de biens immobiliers et que les hôtes qui vivent et ressentent cette activité chaque jour ?  

Pire encore, Airbnb nous fait tous passer pour des imbéciles. 

Les voyageurs que nous avons travaillé dur pour les convaincre de réserver dans nos hébergements se tournent maintenant vers Airbnb comme un héros, comme l’illustre ce commentaire qui tourne sur les réseaux sociaux anglophones (on dirait que c’est le directeur de la com de Airbnb qui a rédigé le commentaire :)) :

“Je dois applaudir Airbnb pour ce que vous avez fait pour annuler notre voyage à Las Végas (ce dimanche!). Notre hôte a refusé d’annuler notre séjour, et vous avez pris la main pour le remettre dans le droit chemin. Je n’hésiterai pas à louer via Airbnb à nouveau dans le futur, mais pas avec le propriétaire. Excellent travail dans cette situation difficile.”

source : Airbnb.com

Pourquoi en est on arrivé là ?

En fait, Airbnb a automatisé le processus d’annulation du séjour des clients pour le rendre encore plus facile. Vos voyageurs n’ont eu qu’un contact avec Airbnb, qui se présente en sauveur.

L’hôte est juste informé laconiquement par une série de mails automatiques et impersonnels.

Exemple d'une série de mails automatiques envoyés par Airbnb pour gérer une annulation
Exemple d’une série de mails automatiques envoyés par Airbnb pour gérer une annulation

Par contre, le voyageur, même si il n’a rien demandé, se voit proposer l’annulation par Airbnb, via un mail spécifique.

Bien sûr, les autres plateformes, après une hésitation, ont emboîté le pas de Airbnb, mais de manière beaucoup, beaucoup plus éthique.

Par exemple Booking.com, qui est beaucoup critiqué mais qui pour le coup a une attitude remarquable.

Voici un extrait du mail envoyé aux voyageurs dans le cadre de la pandémie:

booking.com covid-19 pandémie
Booking.com coronavirus annulation réservation
Booking.com a eu une réaction beaucoup plus smart que Airbnb face à la crise du coronavirus. c

En outre, en creusant un peu la question, vous vous rendrez compte qu’Airbnb travaille dur depuis longtemps pour mettre à jour ses algorithmes de résultats de recherche et ses filtres de recherche orientés vers les voyageurs afin de promouvoir les annonces avec les politiques d’annulation les plus flexibles :

  • ce qui est formidable pour les clients mais
  • vraiment difficile à gérer pour les propriétaires et les conciergeries qui ne peuvent pas remplacer les revenus perdus avec un préavis de 24 heures comme le font les hôtels dans les grandes villes.

Voici la vraie raison de la trahison de Airbnb et pourquoi ils ont sacrifié leurs hôtes et superhôtes

Voici ce que je pense.
Et je ne pense pas être très loin de la réalité.

Airbnb a prévu une introduction en bourse en 2020 (info ici)
C’est l’occasion de récompenser les premiers investisseurs qui ont mis de l’argent dans l’économie collaborative.

Airbnb va leur permettre de détenir des sommes incroyables en étant cotée en Bourse.

Le mécanisme est bien connu des pros de la bourse (plumer les petits actionnaires)

Voici comment cela fonctionne.

Une startup fait des tours de table pour se financier.

Les gros investisseurs business angels les suivent.

Mais ils veulent un retour sur investissement (c’est normal)

Cela se produit lorsque la startup est arrivée à “maturité”, que ses futurs profits espérés ne vont plus connaître la croissance exponentielle des débuts.

C’est à ce moment que les startups paient leurs investisseurs initiaux, ceux qui ont cru dans l’histoire de Airbnb dès les débuts et qui avaient de l’argent à miser dessus.

Ces investisseurs possèdent des parts de la société.
L’introduction en bourse permet de lever des sommes énormes auprès de petits investisseurs, en général des particuliers, qui pensent qu’avoir des actions dans une licorne (une startup qui a réussi et pèse plus d’un milliard) ne peut que les faire devenir riche.

Mais en fait, ils sont les dindons de la farce.
Les actions ne décollent souvent jamais.

C’est devenu tellement classique que plus beaucoup d’investisseurs en bourse avertis ne se positionnent sur les introductions en bourse de startups.

La pression sur Airbnb (qui va permettre un réveil des hôtes pour louer en direct ?)

Le mécanisme est bien huilé.
Les investisseurs qui ont misé sur Airbnb sont contents, ils vont devenir plus riches encore.

Cool. (et encore une fois normal, ils ont fait un pari gagnant)

Mais voilà, patatras.
Une polémique qui les irrite, une décision de justice défavorable en Europe et la menace de requalification des hôtes en salariés suite aux jugements contre Uber (voir l’analyse ici).


La conclusion est simple : il faut faire l’introduction en bourse au plus vite, avant que le château de cartes ne s’écroule et vienne ternir la belle légende qui s’est construite autour de Airbnb.

Mais voilà que la crise du coronavirus arrive.
ça va faire chuter le tourisme.

ça va faire chuter les résultats de Airbnb.
Pas bon pour l’introduction en bourse ça.
Et on a pas envie de reporter la martingale le temps que la société se refasse la cerise.

Vite, il faut faire quelque chose pour valoriser Airbnb aux yeux du public. Pour continuer à présenter la société comme une gentille petite société sympa, philantropique, qui est trop mignogne et sympa avec tout le monde : l’exemple parfait de la société collaborative.

Quoi de mieux que de faire un geste altruiste en étant LA société qui montre qu’elle aime tellement ses clients qu’elle prend les devants et les rembourse intégralement ?

Tant pis si les propriétaires sont laissés sur le carreau.

Il y en aura bien d’autres qui prendront la relève de ceux qui auront disparu.

Mais nous, les propriétaires de locations de vacances, nous sommes plus forts.
Nous allons nous passer de vous, Airbnb.

Nous allons louer en direct.

Et tout le monde va se rendre compte que Airbnb n’est qu’un intermédiaire qui n’apporte pas de plus value réelle.

Le monde d’après le coronavirus va changer.

Et il sera MIEUX.

C’est notre réveil.

Les plateformes de réservation en ligne ont une place de choix en tant que pourvoyeurs de réservations, mais ils ne remplacent pas votre propre marketing et votre propre stratégie de marque.

Les pressions et incitations qui tentent de vous convaincre que vous ne devriez pas augmenter vos tarifs sur les plateformes font partie du problème.

Le coût d’une réservation via Airbnb ou les autres plateformes de réservation en ligne n’est pas moins cher que si vous l’obtenez en direct. Mais vous échangez votre indépendance et le contrôle de votre business contre une gratification instantanée, contre la facilité, et la vision à très court terme.

Nous sommes des propriétaires qui se bougent. Je vous assure que nous allons nous pencher vers les solutions, et non seulement survivre à cette période difficile, mais aussi prospérer.

Élaborez une stratégie de marketing sur le long terme. Ayez le meilleur site web que vous pouvez vous permettre. Mettez-le souvent à jour. Référencez le.

Mettez en œuvre une stratégie de location en direct avec des voyageurs qui reviennent régulièrement et font votre publicité; cultivez la loyauté, le bouche à oreille et la résilience dans les moments difficiles.  

Le PDG d’Airbnb s’excuse auprès des hôtes (avec 260 millions d’euros)

Airbnb a d’abord pris une position pro voyageurs, en les remboursant intégralement au début de la crise du coronavirus – COVID-19.

Mais la société s’est vite rendue compte que son approche était maladroite et insatisfaisante envers les hôtes.

Maintenant, après les annonces et le mea culpa du PDG Brian Chesky, les hôtes ne seront toujours pas satisfaits, mais ils ont obtenu une compensation financière qui n’est plus aussi mauvaise qu’avant.

Oups on a fait une boulette ?
Oups Joe et Nathan, on a fait une boulette là, non ?

Une réaction brutale des hôtes Airbnb

Confronté à une réaction brutale suite à sa décision unilatérale de rembourser les réservations des invités et de laisser les hôtes les mains vides alors que les concurrents ont adopté une approche plus équilibrée, Brian Chesky, co-fondateur et PDG d’Airbnb, s’est excusé auprès des hôtes et a présenté en détail un plan d’aide de 260 millions de dollars.

Vous en saurez plus dans cet article, cliquez ici.

Dans une conférence de presse en ligne (c’était minuit pour nous), et une lettre envoyée aux hôtes, Brian Chesky s’est exprimé.

Vous pouvez retrouver sa déclaration traduite en français ici, c’est à mourir de rire car il est traduit par une femme à la voix fluette qui ne colle pas du tout avec son physique 🙂

Plus sérieusement, il a déclaré que la décision, prise sans consulter les hôtes:

“n’était pas une décision commerciale, mais basée sur la protection de la santé publique”,

afin que les hôtes ne se sentent pas obligés de se rendre sur place dans leur hébergement lorsque les conditions sanitaires ne sont pas sûres pour eux.

“Cependant, bien que je pense que nous ayons fait ce qu’il fallait en donnant la priorité à la santé et à la sécurité, je suis désolé que nous ayons communiqué cette décision aux voyageurs sans vous consulter, comme devraient le faire des partenaires de business”.

“nous aurions pu être de meilleurs partenaires”.

Brian Chesky a ajouté que les hôtes Airbnb veulent des actions, pas seulement des mots.

“Bien que cela n’ait peut-être pas été le cas, nous sommes partenaires. Quand votre entreprise souffre, notre entreprise souffre”, a-t-il déclaré.

Airbnb s’est donc engagée à mettre en place son propre programme d’aide aux hôtes, notamment :

  • Airbnb paiera aux hôtes 250 millions de dollars pour couvrir partiellement le coût des annulations de coronavirus
  • Pour les réservations annulées qui étaient prévus du 14 mars au 31 mai, Airbnb paiera aux hôtes un quart de ce qu’ils auraient reçu dans le cadre de leur politique d’annulation, et les “paiements commenceront à être émis en avril”. Pour plus d’informations, voici la page officielle de Airbnb.
  • Airbnb a mis en place un fonds de secours aux hôtes Superhost de 10 millions de dollars. Ils peuvent prétendre à des subventions allant jusqu’à 5 000 dollars. Ce fonds vise à aider les superhôtes à payer leurs charges.
  • Comme pour les 250 millions de dollars versés aux hôtes, ces subventions n’ont pas à être versées en bloc.
  • Les employés d’Airbnb ont donné 1 million de dollars au fonds des superhôtes, et les co-fondateurs d’Airbnb, Chesky, Joe Gebbia et Nathan Blecharczyk :
  • “contribuent personnellement aux 9 millions de dollars restants, a déclaré Brian Chesky”. Pour plus d’informations, cliquez ici.
  • Airbnb met en place un moyen pour les invités puissent contribuer financièrement aux hôtes chez qui ils ont déjà séjourné. M. Chesky a indiqué que d’innombrables invités ont exprimé leur intérêt pour ce faire.
  • Nous avions proposé deux idées complémentaires ici au début de la crise du coronavirus.

Un gros clash et une menace pour l’introduction en bourse de Airbnb?

Des concurrents de Airbnb, tels que Expedia mais également Booking ont laissé plus de liberté aux hôtes, notamment de mettre en place un dispositif d’à valoirs pour des séjours futurs.

Dans l'esprit de nombreux hôtes, Airbnb est passé de Dieu vivant à moins que rien en quelques heures
Dans l’esprit de nombreux hôtes, Airbnb est passé de Dieu vivant à moins que rien en quelques heures

Dans certains cas, cette décision a été laissée aux hôtes. Beaucoup de ces hôtes, qui avaient du mal à payer leur crédit immobilier, ont refusé de rembourser les clients.

Airbnb, en revanche, s’est engagé à rembourser intégralement les clients, ce qui a déclenché une réaction brutale parmi les hôtes d’Airbnb et a suscité des discussions sur des boycotts, des poursuites judiciaires et la migration d’annonce vers les plateformes concurrentes ou la location en direct.

Objectivement, des poursuites judiciaires auraient eu de bonnes chances d’aboutir car le contrat est bien passé entre l’hôte et le voyageur. Airbnb n’est qu’un intermédiaire qui les met en relation et ne peut pas déciderà leur place.

Comme Brian Chesky l’a expliqué dans sa conférence de presse, beaucoup d’hôtes ont communiqué leur colère directement à Airbnb, et sur les réseaux sociaux, avec quelques caisses de résonance, comme ici.

C’est dans ce contexte qu’il convient d’envisager les actions de correction prises par Airbnb.

Le remboursement de 25 % de leurs frais d’annulation aux hôtes sera certainement utile, mais il ne satisfera certainement pas de nombreux hôtes, bien que certains puissent bénéficier d’aides dans le cadre du plan de soutien du Gouvernement dont je vous ai listé les mesures ici.

Lors de sa vidéo, le PDG d’Airbnb a reconnu que la société s’était éloignée des préoccupations des hôtes au fil du temps et qu’elle devait “mieux se connecter” à nouveau avec les hôtes.

Chesky a déclaré qu’il était “désolé” de la façon dont Airbnb a mis en œuvre sa politique de remboursement des voyageurs, ajoutant qu’Airbnb veut “régler ce problème”.

Il a déclaré que Airbnb est partenaire avec les hôtes ou “du moins, nous voulons l’être”.

Bonus : Découvrez La Méthode TSUNAMI pour doubler vos revenus locatifs.

Peut-on se faire arnaquer sur Airbnb ?

Bien qu’Airbnb ne communique pas publiquement le pourcentage exact d’inscriptions frauduleuses sur son site, elle affirme que les questions frauduleuses “sont incroyablement rares” parmi les 2 millions de personnes qui s’enregistrent sur un Airbnb chaque nuit.
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

Comment savoir si un Airbnb est légitime ?

Regardez si la Airbnb a vérifié qu’ils ont téléchargé une véritable carte d’identité gouvernementale ou leur a donné un badge “Superhost”, ce qui signifie qu’ils ont maintenu une note globale élevée de la part des invités. Il y a de fortes chances que vous ne soyez pas victime d’une escroquerie si l’un ou l’autre de ces éléments figure sur un profil.
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

Puis-je faire confiance à un Airbnb sans avis ?

Cela peut sembler évident, mais certains endroits peuvent certainement vous tenter avec des photos étonnantes et un prix bon marché. S’il n’y a pas de critiques, il s’agit d’une nouvelle annonce. Comme il est fort probable que vous ne resterez pas longtemps dans un endroit, il ne vaut pas la peine de prendre le risque que cette annonce ne soit pas aussi bonne qu’elle le semble.
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

Quel est le pourcentage d’avis de la Airbnb qui sont faux ?

Il n’y a pas de fausses critiques dans Airbnb. Vous ne pouvez passer en revue qu’après avoir effectué une vraie réservation. Comment peut-on éviter les escroqueries d’Airbnb et trouver des locations de vacances légitimes en ligne ? Quel pourcentage de séjours Airbnb se transforme en client à problèmes ?
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

Bonus Gratuit : 3 astuces pour apprendre à louer en direct (votre indépendance en marche)

Portez vous bien

A très vite

Pierre

Pierre est ingénieur agronome spécialisé dans l'aménagement du territoire (INA ENSA A), et urbaniste. Investisseur immobilier dans la location meublée courte et longue durée, il est passionné pour aider les propriétaires au quotidien. Il est l'auteur du Best Seller "Airbnb Master : les 200 secrets des nouveaux millionnaires de la location courte durée" et collabore avec de nombreux médias (Capital de M6, Le Monde, Le Parisien, Le Petit Futé...) Surtout, Pierre est à votre disposition pour échanger sur vos difficultés, laissez un commentaire !

34 réponses

  1. CLAIRE MARTIN dit :

    Bonjour Pierre , Connaissez vous un avocat spécialiste qui défends les hôtes contre Airbnb au sujet de l’invervention arbitraire d’Airbnb dans le domaine d’annultation ? ou une jurisprudence? Merci de votre réponse,

  2. simon dit :

    Votre article se met du coté de l’hote que vous etes, certainement proprietaire de plusieurs biens.
    Moi je me met du coté de celui qui a economisé pour s’offrir une semaine de vacances, ayant versé un acompte de 750€ et que le proprietaire ne souhaite pas rembourser.
    voyant dans le covid, une bonne occasion de prendre 750€ sans voir sa maison occupée la semaine dite. quelle est votre avis critique sur ca ?? perso je trouve tres bien que airbnb donne avantage aux vacanciers avec la possibilité d’annuler leurs vacances !

    • Pierre dit :

      Ce n’est pas le sujet Simon
      Il est bien évident que nous comprenons en tant que particuliers et vacanciers nous aussi
      toutefois, la loi permet de proposer en premier un avoir
      Airbnb a piétiné sa relation avec les propriétaires pour bien se faire voir, c’est ça le sujet

    • plumeau dit :

      Bonjour fort d’une longue expérience votre article m’ouvre les yeux sur tous les mauvais arbitrages de Airbnb. Qui n’applique même pas leurs propres règlements et même la règle essentiel du moment sur les rassemblements privés interdits en période de confinement.
      Sentiment d’une incroyable injustice et de gros préjudice face à des voyageurs qui n’hésitent pas à contourner les règlements à plusieurs niveaux pour s’imposer.
      Vous pouvez toujours essayer la médiation on ne vous expliquera même pas. Ils se sentent intouchables et tout puissants.
      J’avoue être perdu et je doute même que tout cela s’arrange.
      Bon courage à tous.

  3. Thierry dit :

    Même cas, superhote depuis 5 ans et aucune aide. Pensez-vous que nous puissions nous rassembler et faire un recours en justice ?

  4. michael dit :

    Bonjour,
    Sympa comme article.
    Avez-vous fait un article qui compare airbnb, booking et homelidays à jour?

    J’ai 2 apparts en location via airbnb, jamais eu aucun problème, on m’a toujours dit que c’était le site idéal et qui protège le plus l’hôte.

    On m’a parlé en mal de booking en disant que le client pouvait faire ce qu’il voulait, annuler au dernier moment etc…

    Bref je n’ai pas toutes ses infos, avez-vous un article complet et régulièrement mis à jour pour comparer en tant qu’hôte?

  5. Mickael dit :

    Je suis entièrement d accord avec cet article. Tout pour le voyageur et l’hôte : rien à cirer ! Stop aux gens qui se disent outrés de cet article: vsu vous n êtes pas hôtes, vous n avez pas de recul sur notre situation de loueur déclarés et nos problèmes par conséquent. Nous ne pouvons même pas utiliser notre droit de proposer un avoir ! Vive le site Web personnalisé…

    • Pierre dit :

      Vive Mickaël 🙂

      Foncez sur votre site pour louer en direct, il y a un potentiel énorme !

      Ensuite, je précise que de mon point de vue il n’y a pas de bien, pas de mal dans les positions des uns et des autres sur les annulations et la conduite à tenir.
      Les différents points de vue se défendent et tout le monde est en position délicate

      Merci pour votre commentaire et à très vite

  6. Estelle dit :

    Bonjour, vous semblez plus conciliant avec Booking.com. Ils ont pourtant imposé l’annulation sans frais même lorsque le client avait accepté la proposition de l’hébergeur de report de séjour ou réduction conséquente des frais.
    De plus, là où nous devions rembourser le client sous 5 jours habituellement ils ont réduit ce délai exigeant de l’hébergeur un remboursement sous 24h!
    Qu’en sera t il avec l’ordonnance française rétroactive au 01/03 qui prévoit un à valoir au lieu d’un remboursement immédiat. Les OTA peuvent ils passer au-dessus des lois françaises?…

    • Pierre dit :

      Bonjour

      Merci pour votre message.
      Oui, Booking.com est beaucoup plus clean dans sa manière d’aborder les choses.
      Pour la première période de confinement, ils ont remboursé.
      Mais pour la suite, voici leur info de ce matin :

      “Nous mettons tout en œuvre pour réduire les annulations en lien avec le coronavirus, en encourageant les clients à modifier leurs dates de séjour. En parallèle, nous recherchons de nouveaux moyens pour réduire la charge de travail que génèrent ces modifications.

      Nous travaillons sur des mesures pour inciter les clients à réserver à nouveau lorsque cette crise sera derrière nous et que les voyages pourront s’effectuer en toute sécurité.

      Lorsque la situation sanitaire des pays commencera à s’améliorer, nous publierons un Guide de préparation à la reprise d’activité pour vous aider à rouvrir votre hébergement et à développer votre activité le plus rapidement possible.

      A très vite

  7. catrheinr dit :

    Bonjour
    Je suis votre logique de réflexion. Mais proposer son ou ses appartements sur son propre site me parait utopique. J’ai eu 2 sites commerciaux de vente en ligne et j’ai vite compris que peu importe le produit, le prix, tous se vend mais le seul nerf de la guerre est le référencement. Or le SEO est ‘plus que ) chronopage et le SEA est trop cher. Et que les grosses machines (airbnb, booking etc..) auront toujours plus de moyens. Avez vous une solution ?

    • Pierre dit :

      Oui !!!!

      Nous avons plusieurs sites à succès, avec plus de 300 000 vues par mois au total
      Nous avons synthétisé tout cela dans une méthode unique, qui marche
      Effectivement, cela demande du travail et du temps, mais les résultats sont incroyablement gratifiants

      Je vous envoie les éléments
      A très vite

  8. Ette dit :

    Votre article et les commentaires qui suivent m’écoeurent !
    Ça me paraît logique de rembourser et d’accepter des annulations en pareille circonstance.
    Un peu d’humanité s’il vous plaît !
    Oui, on perd de l’argent… Comme beaucoup de monde aujourd’hui!

    • Pierre dit :

      Bonjour Helène,

      Merci pour votre message.
      Votre point se vue se comprend tout à fait et j’y souscris.
      Simplement, j’aimerais pouvoir le faire moi, plutôt que d’autre se glorifient de le faire en écrasant les propriétaires au passage.

      L’injustice et l’absence d’équité me gêne également.
      En effet, pourquoi les voyagistes ont une règle de reporter les séjours, alors que les hôtes se voient imposés un remboursement.

      Chacun devrait pouvoir échanger de manière courtoise et humaine, en responsabilité, entre propriétaire et locataire.

      Ne pensez vous pas ?

      bien à vous et portez vous bien

  9. eric dit :

    Bonjour Pierre,
    j’ai envoyé ce mail à airbnb, et je vous incite tous à leur envoyer le meme mail pour leur mettre la pression :
    Bonjour,

    En raison d’un grand nombre d’annulation de la part des voyageurs en ce moment, je vois
    que airbnb ne rembourse rien pour l’hebergeur, portant grandement prejudice pour mon
    chiffre d’affaire. Si la politique d’airbnb ne change pas avec une indemnisation de 50% pour l’hebergeur,
    je me verrais contraint de retirer mes appartements de airbnb et de mettre tous mes appartements en location
    long terme, en dehors de airbnb,
    En esperant que les hebergeurs ayant des credits et investi toutes leurs economies dans les appartements
    puissent etre egalement considereres,
    Cordialement,
    Eric p

  10. Paul-Henri dit :

    Tout à fait d’accord avec Jenny et les autres commentaires.
    Nous avons tous contribué à la réussite d’Airbnb tout en prenant plus de risques financiers qu’eux. Nous voilà les dindons de la farce!
    Je me demandais si une « class action » à l’américaine était envisageable pour dénoncer cette politique unilatérale?
    Portez-vous bien!

  11. Dainotti dit :

    C’est honteux !
    Aucun service de disponible pour nous aider. D’un commun accord avec les voyageurs suite au confinement nous avons décider d’annuler leurs séjour, et j’ai été pénalisé quand même alors que tous les critères correspondaient.
    Et maintenant on doit accueillir les soignants, je ne m’y oppose pas mais une reconnaissance de leurs part serait la bienvenue

    • Pierre dit :

      Vous avez raison.
      Toutefois les soignants sont un peu dans le même dilemme : absence totale de reconnaissance et pourtant ce sont les premiers sur le pont.
      Chapeau bas

  12. Cathie dit :

    Merci pour ce super article… Ce qui m’a littéralement scié c’est pas tant l’annulation de toutes mes réservations Airbnb en 24 heures… c’est le mail quelques jours d’après d’un des dirigeants de Airbnb disant “nous savons c’est dur pour vous les hosts…. blabla..”. je n’ai même pas pu finir le mail.

    Lu sur les groupes américains, apparemment Airbnb envoie le msg suivant à un guest qui souhaite réserver : “souhaitez-vous réellement réserver chez cet host, sa région est touchée par le COVID19, nous pouvons vous indiquer les hôtels les plus proches” info ou intox ?

    Dans mon cas ça a été la goutte d’eau, j’ai bloqué tous mes calendriers Airbnb jusqu’à fin août et je louerai autrement.

  13. DOMINIQUE dit :

    C est vrai que la proposition de M Denormandie ce matin visant à demander à airbnb de voir avec les propriétaires qu’ils proposent gratuitement leur logement aux soignants est la cerise sur le gateau. Aucune aide étatique pour ces propriétaires, ils font le geste dans le cadre de la solidarité aux soignants. Que les soignants aient besoin d’aide c’est vraiment la moindre des choses mais que font les pouvoirs publics depuis des décennies pour eux : Rien. Alors si vous les propriétaires nantis vous voulez être solidaires, n’hésitez pas, offrez votre logement sinon vous serez insensibles au sort de nos soignants. Le même Denormandie qui avait comptabilisé quelques dizaines de SDF il y a 2 ans pour toute l’ile de France. Je pense que nous avons un bon président de la république et un bon 1er ministre mais pour ce qui est d’un certain nombre de ministres et secrétaires d’état, cata

    • Pierre dit :

      Les propos ont été quelque peu maladroits mais partaient d’un bon sentiment
      Ils ne se rendent pas compte de ce qu’est la vraie vie où il faut du travail et de la compétence pour gagner sa vie
      Pour ce qui est des soignants il est logique et normal de les aider
      merci à eux, qui sont délaissés mais fidèles au poste
      bravo

  14. Jenny dit :

    Bonjour et merci pour vos explications claires et lucides.
    Comme des milliers d’hôtes autour du monde, je suis entièrement d’accord avec vous! Il suffit d’aller lire les multiples pages de cris de secour publiées dans le forum des hôtes (Community Center) sur le site Airbnb.
    C’est une véritabe catastrophe!
    Ce sont les hôtes qui financent à 100% les remboursements effectués sans consultation aucune. Une fois, deux fois, trois fois, et ainsi de suite.
    Airbnb a largué ses hôtes sans scrupules!
    Et en plus, cette société s’arrange comme il faut pour jouer au héros! Nulle part est-il expliqué aux locataires que ce sont les hôtes qui financent ce geste ô combien altruiste!
    Oui, il faudrait pouvoir louer en direct, mais c’est plutôt facile à dire et difficile à mettre en oeuvre. Nous avons notre propre site web depuis plusieurs années mais nous n’arrivons pas à attirer le volume de trafic nécessaire à survivre sans des sites comme Airbnb. Et même si c’était le cas, le locataire a maintenant entendu et compris le message: réserver en direct est bien plus risqué que réserver avec Airbnb!
    J’ai perdu toute confiance dans Airbnb.

    • Pierre dit :

      Je ne suis pas du tout aussi défaitiste.
      Je pense au contraire que les gens vont venir vers d’autres gens, et supporteront de moins en moins d’avoir des intermédiaires, et encore plus des intermédiaires démagogiques au milieu.

      Pour ce qui est de votre site internet, la base est toujours la même pour faire décoller votre site !
      – publiez plus d’articles
      – en choisissant soigneusement vos mots clefs
      – en mettant du contenu qui plait aux voyageurs

      C’est le principe de la méthode CASSAS qui met en oeuvre 8 ans d’expérience réussie dans la création de sites web à succès

      A très vite

  15. Catherine dit :

    Bonjour,
    Eh oui, vous comprenez mieux – enfin ! – ce contre quoi je me suis insurgée dès l’apparition de Airbnb sur notre créneau de petits propriétaires !
    Mieux encore : je viens d’entendre à la radio que Airbnb a fait savoir sur les ondes que nos locations seront proposées gratuitement, par le bienfaiteur mondial Airbnb, à tous les soignants qui pourraient en avoir besoin ! Très généreux de donner ce qui ne leur appartient pas et ne leur coûte rien ! “Donnez, donnez et donnez, donnez, donnez-moi, donnez, donnez et donnez, Dieu vous le rendra !”…

    • Bonjour Catherine ! Ah mais comme vous êtes injuste avec ce gentil Airbnb qui offre généreusement de nous défrayer de 50€ par séjour (de 15 jours mini) !!!!! 😉
      Plus sérieusement je suis 100% d’accord avec vous et n’ai jamais pensé que nous étions partenaires de Airbnb ni de Booking. Nous avons pu l’être avec HomeAway pendant 10 ans, mais ces temps sont finis, ils sont obligés de suivre, et Pierre a raison, il n’y a que de prendre en charge notre propre marketing qui pourra nous faire progresser. Car nous sommes les petits esclaves des OTAs exactement comme les petits producteurs de la grande distrib’. Et s’ils le peuvent, ils nous étrangleront pareil. C’est leur intention dévoilée de manière indécente. Catherine

      • Pierre dit :

        Mon objectif est d’éveiller les esprits face à un engourdissement et une facilité confortables.

        Toutefois, reconnaissons que les OTAs nous sont bien utiles et qu’ils font du bon travail.

        Mais d’un autre côté, leur tendance à écraser tout sur leur passage est quelque peu déconcertante 🙂

        A très vite

    • Pierre dit :

      Merci pour votre message Catherine

      Personnellement, j’ai pris du recul depuis un bout de temps, cf les papiers dans le Monde ou le Parisien à ce sujet

      Oui, Airbnb est très fort en com et cherche a se racheter une virginité auprès des états pour booster leur business
      le monde est ainsi fait 😉

      A très vite et portez vous bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.