Location d’une chambre chez l’habitant, une autre location meuble rentable et qui se développe

Comment louer une chambre chez l’habitant ? Pensez vous que cette variante de la location meublée est rentable et lucrative ? Les revenus issus de la location chez l’habitant, donc dans une résidence principale sont-ils imposables? Comment déclarer une location de chambre chez l’habitant ? Faut il une assurance spécifique ?

Découvrez les réponses à ces questions ainsi que le cadre légal pour louer une chambre chez l’habitant en location à l’année ou en location en courte durée.

Si vous voulez en savoir plus sur la réglementation en général de la location meublée, cet article de référence est fait pour vous :

Réglementation de la location saisonnière courte durée

Fiscalité de la location meublée 

Vous pouvez également accéder au simulateur gratuit pour comparer location nue et location meublée :

Comparaison location meublée et location vide : simulateur GRATUIT

Sondage :

Pensez vous donner un nom / une marque à votre location courte durée?

View Results

Loading ... Loading ...

Proposer une chambre de sa résidence principale en location chez l’habitant

Location chez l’habitant, un type de location de plus en plus courant

La location chez l’habitant est une pratique qui séduit de plus en plus de propriétaires notamment suite à l’évolution du cadre familial :

  • les enfants qui quittent la maison,
  • un divorce
  • ou toute autre raison pour lesquelles vous n’aurez plus besoin d’autant d’espace qu’auparavant.

Cette pratique vous donne la possibilité de mettre en location une chambre de votre résidence principale ; ce qui vous permettra d’augmenter sensiblement vos revenus.

Vous pourrez ainsi rembourser plus facilement votre crédit immobilier, vos autres prêts, financer des travaux dans votre logement, ou même investir dans vos rêves quels qu’ils soient..

Ainsi, la location chez l’habitant est une source de revenus non négligeables, au même titre que d’autres investissement locatif parmi les les plus rentables que nous vous listons dans l’article ci-dessous sur Eldorado Immobilier, le blog des propriétaires qui se bougent :

Quel Investissement locatif immobilier est le plus rentable ? 7 idées d’investissement locatif pour devenir riche

La location chez l’habitant est le fruit d’une réflexion qui vous incite, en tant que propriétaire, de faire profiter votre locataire, d’un bien immobilier dont vous n’utilisez pas toutes les capacités.
Ainsi, la démarche nous permet de retourner à l’économie collaborative, qui est à l’origine de la création de Airbnb (qui a bien changé depuis, comme vous pouvez le constater : 2 bonnes raisons de ne pas publier son appartement meublé sur Airbnb)

Cette démarche est de plus en plus adoptée par des seniors, surtout dans les grandes villes.

Elle permet de rompre l’isolement, d’avoir de l’aide pour des tâches devenues plus difficiles, de partager des repas et d’échanger des expériences.

C’est vraiment du gagnant – gagnant.

Je n’aurais pas pu trouver une meilleure transition pour vous parler des nombreux intérêts -outre l’aspect financier- d’un concept de louer une chambre chez l’habitant.

chambre chez habitant seniors

La location d’une chambre chez l’habitant est déjà bien implantée chez les seniors.
Ce type d’hébergement se développe désormais un peu partout, pour tout le monde… en fait, tout le monde a besoin d’arrondir ses fins de mois !!

Location chez habitant : des gains financiers, mais pas que !

Comme vous l’aurez sans doute compris, l’intérêt de la location chez l’habitant ne se résume pas à l’aspect financier.

Celle-ci permet aux propriétaires, notamment les seniors, de se reconnecter avec le monde actuel et de redonner un peu plus de vie à une maison devenue trop grande, trop vide ou trop silencieuse pour eux.

Notez que cette formule de location chez l’habitant a pour ambition de répondre à plusieurs objectifs d’intérêt général qui se résument comme suit :

  • Rendre accessible un logement économique à des personnes dont les revenus sont modestes comme c’est le cas des étudiants ou les salariés en situation précaire ;
  • Contribuer à renforcer le pouvoir d’achat des Français en offrant un complément de ressources aux personnes possédant une ou plusieurs pièces vacantes à leur domicile ;
  • Permettre aux touristes d’avoir l’occasion de s’immerger dans la culture et les coutumes locales ;
  • Rompre la solitude et (re)créer des liens sociaux auprès des personnes seules, retraitées, veuves, chômeurs ou personnes âgées en leur redonnant une fonction sociale ;
  • Contribuer au développement économique du commerce de proximité.

Location chez l’habitant, une affaire où tout le monde est gagnant

Tous les acteurs impliqués, de manière directe ou indirecte, à l’activité de location chez l’habitant bénéficient des nombreux avantages que présente cette activité immobilière.

La location chez l’habitant profite :

  • Aux hébergeurs, car cela leur permet d’arrondir leurs fins de mois tout en ouvrant leur esprit sur le Monde ;
  • Aux voyageurs, car cela leur permet de voyager de façon économique et de découvrir les régions de France et du Monde à travers les yeux des habitants ;
  • Aux communes et agglomérations, car cela génère des retombées économiques notables qu’elles peuvent ré- investir dans des travaux d’aménagement du territoire (création d’emplois), via la taxe de séjour et les dépenses des locataires dans l’économie du territoire ;
  • Aux organisateurs d’évènements, car cela leur fait venir une nouvelle clientèle qui ne se serait sans doute pas déplacé autrement ;
  • Au pays, car cela permet de promouvoir les atouts de son territoire et contribue à la relance économique de ce dernier grâce à l’apport de richesse supplémentaire généré par les hébergeurs et les voyageurs (ce que Paris n’a pas compris : Location courte durée : Interdiction justifiée à Paris ?)
location chambre chez habitant

Louer une chambre chez l’habitant depuis votre résidence principale, une tendance de fond qui plaît aux locataires et est particulièrement rentable… mais intrusive

Location chez l’habitant : le mode d’emploi

Séduit par cette pratique qui est la location chez l’habitant ?

Voici donc les différentes démarches à entreprendre pour pouvoir bénéficier des nombreux avantages que présente cette activité :

  • Pour commencer, assurez-vous que la chambre (ou l’étage dans certains cas réponde aux critères de qualité et de sécurité, à savoir :
  • Une surface minimum de 9 m² et une hauteur sous plafond minimum de 2.20 mètres ;
  • Un éclairage naturel ainsi qu’une possibilité de ventiler ou aérer ;
  • L’accès à la cuisine, à la salle de bains ainsi qu’aux toilettes.

Location chez l’habitant : les étapes à suivre en tant que propriétaire

Si vous êtes propriétaire et que vous désirez louer une chambre ou une partie de votre habitation, voici les différentes étapes à suivre :

  1. Vérifiez si le règlement de votre copropriété ne vous l’interdit pas, bien que ce cas soit rare.
  2. Informez ensuite la compagnie qui gère votre assurance habitation et demandez-leur si votre contrat actuel permet également de couvrir votre locataire (sinon changez d’assurance !)
  3. Faites le point sur vos diagnostics immobiliers : vous devez avoir effectué un diagnostic de performance énergétique (DPE) datant de moins de 10 ans et un état des risques naturels et technologiques (ERNT) datant de moins de 6 mois (vous pouvez trouver cela gratuitemenrt sur le site officiel georisque)
  4. Vérifiez que le mobilier et l’équipement fourni puisque il s’agit d’une location meublée sont suffisants pour vivre directement et le plus normalement possible dans les locaux avec ses seuls effets personnels. Ceci est encadré par un décret du 31 juillet 2015.
  5. Préparez un bail de location meublée que vous fournirez au locataire.

Le bail que vous allez faire signer pour votre location d’une chambre dans votre résidence principale est similaire à un bail meublé classique.

Je vous en ai mis un à télécharger gratuitement :

N’oubliez toutefois pas de préciser les points suivants dans votre contrat de location :

  • l’emplacement de la chambre,
  • le mobilier fourni et les charges (librement réparties entre le bailleur et le locataire)
  • ainsi que la jouissance exclusive de la chambre
  • et l’utilisation des parties communes par le locataire.

Sous-louer une chambre de son logement quand on est locataire

Bonne nouvelle !

Même les locataires peuvent sous-louer une chambre dans leur appartement ou leur maison, à partir du moment où la pièce est meublée et respecte les mêmes obligations que celles citées ci-dessus : Que la pièce représente une partie de la résidence principale du sous-locataire, et que le loyer soit raisonnable.

Il s’agit donc d’une sous-location partielle.

Ceci étant dit et avant de sous-louer, même si c’est pour une partie du logement, il faut commencer par l’obtention de l’accord du propriétaire, sans peine de vous exposez à une rupture de bail.

Il est conseillé également d’établir un contrat de sous-location.

Note : le loyer demandé doit être proportionnel à la surface sous-louée et ne peut pas être supérieur au loyer par mètre carré que vous payez au propriétaire.

Pensez également à l’assurance : comme le locataire est bailleur vis-à-vis du sous-locataire, il lui incombe de souscrire une garantie recours du sous-locataire, afin de se prémunir des actions intentées par celui-ci, au cas où le manque d’entretien du logement causerait un sinistre.

Note 2 : en cas de manquement de paiement du loyer au propriétaire, le locataire principal reste le seul responsable. Cependant, le propriétaire peut réclamer au sous-locataire la part qui lui incombe…mais pas plus.

sous location chambre

La sous location n’est pas interdite.
Elle est soumis à certaines règles, comme beaucoup de choses !

Location d’une chambre chez l’habitant : Qu’en est-il de la fiscalité ?

C’est simple, si l’ensemble des obligations listées ci-dessous sont respectées, vous serez exonéré d’impôts.

En résumé :

  • La location doit être contractualisée avec un bail d’habitation. La pièce que vous louez doit être une partie de votre résidence principale ;
  • La chambre doit disposer d’un espace minimum de 20 mètres cubes équivalent à une surface de 9 m² et d’une hauteur de 2,20 mètres ;
  • La pièce doit être louée meublée ;
  • Le locataire doit avoir accès à l’eau, à l’électricité, au chauffage, aux sanitaires ainsi qu’à la cuisine.
location meublée chambre impot

Une location complètement exonérée d’impôts : c’est ce que permet la location d’une chambre chez l’habitant… sous réserve que certaines conditions soient remplies et avec un plafond de loyer

Fiscalité et plafond du montant de la location d’une partie de résidence principale

Pour pouvoir profiter de cette exonération d’impôt en Ile-de-France, le loyer annuel ne doit pas dépasser 185 euros par m². Pour les autres régions, le loyer annuel maximal est plafonné à 136 euros par m² (données 2019, plafond légèrement revu chaque année).

Important : À savoir, que les charges (eau, électricité, gaz…etc.) ne sont pas à prendre en compte dans le calcul, à vous de réfléchir votre loyer en conséquence.

Retenez que ces revenus locatifs doivent être déclarés en tant que bénéfices industriels et commerciaux (BIC), comme pour toute location meublée. Pour davantage d’informations, n’hésitez pas à contacter le centre d’impôts de votre région (SIE).

Dans le cas où le bailleur loue au-dessus de ce plafond, les revenus issus du loyer sont à déclarer annuellement dans la partie bénéfices industriels et commerciaux (BIC) de votre feuille d’imposition.

Infos Bonus : Le propriétaire du logement peut profiter d’un abattement automatique de 50% si ses revenus locatifs annuels ne dépassent pas 32 900 euros, mais il quasiment toujours plus avantageux de déclarer au réel et de bénéficier du système de l’amortissement.

Les impôts locaux comme la taxe d’habitation doivent être payés par le locataire, car il s’agit d’une location de résidence principale, ceci quel que soit le statut du locataire.

Faire dans sa chambre délaissée de la location de courte durée

La location chez l’habitant est souvent pratiquée à l’année, ceci étant dit, il existe une alternative à cette location meublée plutôt classique.

En effet, vous avez la possibilité de louer votre chambre vacante sur de très courtes durées pour un hébergement secondaire. Concrètement, cela peut vous permettre d’héberger temporairement des touristes qui viennent visiter votre région.

Ce type de mise en location explose notamment avec l’émergence de sites comme Airbnb. Vous avez également la possibilité de louer votre résidence principale dans son entièreté pour de courtes durées. C’est typiquement le cas lorsque vous partez en vacances.

Attention : Dans ce cas de figure, le cadre fiscal auquel vous dépendez change. Vous n’aurez besoin d’aucune autorisation pour louer votre résidence principale ou une partie de celles-ci pour des séjours d’un ou plusieurs jours. La limite étant de 120 jours par an (loi ELAN)

Conclusion 

Pour conclure, la location chez l’habitant permet d’optimiser l’usage de votre propre logement en proposant une option d’hébergement plus avantageuse.

Alors, la location chez l’habitant, y avez-vous pensé ?

Location d’une chambre chez l’habitant, une autre location meuble rentable et qui se développe
5 (100%) 1 vote[s]

Pierre

3 commentaires

  1. Bonjour Pierre,
    Je me posait une question concernant la revente de la résidence principale avec plus-value dans le cas où celle-ci a été loué.
    Le fait d’avoir loué le bien entièrement ou en partie en meublé fait qu’il a été amorti fiscalement. Par la suite si on revend cette résidence principale avec une plus-value, sommes nous exonéré d’impôt et de prélèvement sociaux ? Ou bien doit-on payé l’impôt et les prélèvements sociaux comme pour la revente d’un investissement locatif ?

    • Bonjour

      Merci pour votre intérêt !

      Si vous êtes sous le régime LMNP, vous restez dans le régime de la plus value des particuliers
      Les amortissements ne comptent pas

      C’est pas beau ça ? 🙂

      Qu’en pensez vous ?

      Pierre

  2. Bonjour Pierre,
    Je me posait une question concernant la revente de la résidence principale avec plus-valu dans le cas où celle-ci a été loué.
    Le fait d’avoir loué le bien entièrement ou en partie en meublé fait qu’il a été amorti fiscalement. Par la suite si on revend cette résidence principale avec une plus-value, sommes nous exonéré d’impôt et de prélèvement sociaux ? Ou bien doit-on payé l’impôt et les prélèvements sociaux comme pour la revente d’un investissement locatif ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.