Booking mieux armé que Airbnb et Expédia pour sortir de la crise ?

Bonus Gratuit : 13 astuces pour apprendre à louer en direct (votre indépendance en marche)

La bataille entre Booking Holdings, Airbnb et Expedia n’est pas seulement celle de savoir qui va sortir de la pandémie avec la meilleure capacité financière et le plus grand nombre d’annonces.

Il s’agit aussi de trouver des modèles économiques nouveaux, de diversifier les sources de revenus et de proposer des produits qui correspondent au mieux au comportement des voyageurs post-crise, qui ne sera peut-être plus jamais le même.

Parallèlement au débat sur la vitesse de la reprise du tourisme apèrs la crise du coronavirus COVID-19, les spéculations sur la capacité des mastodontes du secteur du voyage à rebondir sont également d’actualité.

Cowen Equity Research, un organisme américain qui publie des notes d’analyse sur les sociétés, a publié récemment une note Booking Holdings est en meilleure position pour maintenir son personnel aujourd’hui et investir dans la reprise que les autres géants de la réservation de locations courte durée en ligne que sont, Airbnb et Expedia.

La note de Cowen, se concentre sur la plus grande réserve de liquidités à disposition de Booking par rapport à la société Airbnb (c’est ce que vous vous détaillions dans cet article) et à la société Expedia.

La note estime que le trio a les mêmes coûts fixes, soit environ 750 millions de dollars par trimestre (sans tenir compte des coûts induits par le coronavirus).

Mais elle relève en parallèle que les récents mouvements de trésorerie et demandes de crédits laissent Booking Holdings avec environ 8,5 milliards de dollars de liquidités, et Airbnb et Expedia avec environ 1 à 2 milliards de dollars chacune seulement, après le remboursement des réservations prépayées, qui ont représenté des sommes considérables.

On l’impact de la grogne des hôtes n’est pas encore évaluée également.

Bonus Gratuit : 13 astuces pour apprendre à louer en direct (votre indépendance en marche)

Booking a un modèle économique gagnant, Airbnb et Expédia sont des perdants ?

L’un des grands avantages de Booking, selon l’étude de Cowen, est que la société est issue du monde hôtelier, plus business que celui de l’économie collaborative. Ainsi, Booking avait environ 1,6 milliard de dollars de réservations prépayées dans ses comptes avant la crise.

Bien qu’Airbnb se soit vanté d’avoir environ 2 milliards de dollars en espèces début mars et d’avoir accès à un prêt bancaire d’un milliard de dollars supplémentaire, Airbnb a pris la mesure pro-consommateur en acceptant de rembourser les réservations de tous les clients, tandis que Booking Holdings et Expedia ont adopté des approches plus conservatrices.

Le confinement ayant entraîné une impossibilité des voyages à travers le monde a donc entraîné des sorties de fonds importantes, et Airbnb a remboursé l’argent qui avait été collecté à l’avance pour des réservations maintenant annulées (bien qu’Airbnb émette également des crédits de voyage, des à-valoir sous forme de coupons, à certains clients au lieu d’argent, encore une info sensible pour les hôtes, non ?).

Expedia avait beaucoup plus de cash, autour de 5 milliards de dollars (contre 1,6 milliard de dollars pour Booking) mais une grosse partie de ces sommes a également dû être remboursée car il s’agissait de voyages (bien qu’Expedia offre également des à valoirs en crédits de voyage).

Pour ce qui est de la location saisonnière, Expédia possède notamment VRBO et Abritel. Sa politique a été de demander aux hôtes de rembourser une partie du montant des réservations, mais ne l’exigeait pas, comme l’a fait unilatéralement Airbnb.

Tant Booking, qu’Airbnb pourraient avoir un avantage marketing sur Expedia pour la reprise, car toutes deux généraient plus de trafic direct et étaient moins dépendantes de Google pour trouver des clients qu’Expedia ne l’était avant la crise du coronavirus.

Booking mieux placé pour conserver son leadership

Bien que Booking ait émis des avertissements inquiétants sur ce qui pourrait se passer au cours du second semestre 2021 (ici) si le tourisme ne retrouve pas des couleurs, la note de Cowen a conclu que Booking Holdings est “mieux capitalisée pour investir pendant la phase de reprise du marché des voyages”.

Il convient de noter que la récente obtention d’un crédit d’un milliard de dollars par Airbnb a été obtenue avec un taux d’intérêt de 11-12 %, que la dette de Booking est à un taux de environ 4 %, et qu’Expedia n’a pas de dette, mais a une “trésorerie sous contraintes”.

Les modèles d’entreprises à l’épreuve de la crise

Lorsque Airbnb a sollicité une ligne de crédit supplémentaire, la société a fait valoir que les locations courte durée seraient mieux placées que les hôtels lors d’une reprise post coronavirus, car les voyageurs auraient plus de contrôle sur leur environnement à des fins sanitaires, et pourraient séjourner dans des endroits moins peuplés en dehors des centre ville.

Booking a fait valoir, Expedia également, qu’elle propose à la fois des locations de courte durée et des hôtels, afin de mieux satisfaire les voyageurs, quel que soit le type de séjour qu’ils souhaitent.

D’un autre côté, on pourrait soutenir que Booking et Expedia sont plus dépendantes des hôtels qu’Airbnb, et que de nombreux hôtels ont fermé et que certains pourraient ne jamais rouvrir.

Nous verrons…

A quoi ressemblera la reprise selon l’étude ?

L’étude est optimiste quant à une reprise une fois que le coronavirus aura disparu. Elle prévoit que le chiffre d’affaire des groupes hôteliers va chuter de 50 % en 2020, et que ce chiffre d’affaire augmentera de 50 % en 2021 et 33 % supplémentaires en 2022.

Ces projections sont difficiles à qualifier car elles dépendent vraiment des mesures de confinement qui sont prises par les différents pays du monde, par une éventuelle disparition du coronavirus de lui même ou sinon par le délai de mis au point d’un vaccin (et de vaccination de la population).

En conclusion, l”étude souligne toutefois que les 3 sociétés Booking, Airbnb et Expedia ne sont pas menacées et “participeront de manière significative au rebond”.

Qu’en pensez vous ?

Vous êtes libre de donner votre avis et faire part de vos remarques ci-dessous

Bonus Gratuit : 13 astuces pour apprendre à louer en direct (votre indépendance en marche)

Pierre

Pierre est ingénieur agronome spécialisé dans l'aménagement du territoire (INA ENSA A), et urbaniste. Investisseur immobilier dans la location meublée courte et longue durée, il est passionné pour aider les propriétaires au quotidien. Il est l'auteur du Best Seller "Airbnb Master : les 200 secrets des nouveaux millionnaires de la location courte durée" et collabore avec de nombreux médias (Capital de M6, Le Monde, Le Parisien, Le Petit Futé...) Surtout, Pierre est à votre disposition pour échanger sur vos difficultés, laissez un commentaire !

4 commentaires

  1. Expedia est actuellement en train de voler les hôtels parisiens.
    Malgré les recommandations du gouvernement français d’éditer des avoirs valable plus de 18 mois, Expedia rembourse sans respecter ces recommandations et sans l’accord des hôtels. Ils sont en train de les tuer. En ne respectant rien, Expedia faisant tout ce qui lui plait selon son bon vouloir comme depuis des années sans que le gouvernement français ne s’en soucie laissant une entreprise américaine faire ce qu’elle veut sur le territoire français (on ne parlera pas du fait qu’ils ne payent ni impôts ni TVA en France sur des milliards de chiffre d’affaire…), oubliant qu’ils ne vivent que d’une seule chose, les commissions que les hôtels leur reversent (faisant par ailleurs payer les clients plus chers qu’en resservant sur les sites des hôtels directement)

    Je tenais a le préciser, sachant que l’un des hôtels de notre groupe, suite a cette attitude honteuse d’Expedia, ne rouvrira probablement pas, laissant 9 employés prochainement au chaumage. Et que suite a la destruction totale de notre trésorerie grâce a Expedia, 8 contrats avec des entrepreneurs ont du être rompus. Contrats qu’on aurait pu conserver sans Expedia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.