Quelles Villes Ont Interdit Airbnb ? (dans le monde)

L’utilisation de Airbnb, le service de location courte durée qui permet aux propriétaires ou aux locataires de louer des appartements, maisons et autres hébergements insolites pour se créer un revenu complémentaire, connaît un énorme succès auprès des voyageurs soucieux de leur budget.

Cependant, les gouvernements et collectivités du monde entier y trouvent un manque à gagner et ont réagi avec des réglementations.

Parmi les problèmes que les municipalités et États voient avec Airbnb, il y a la possibilité de bouleverser les relations entre propriétaires et locataires (par exemple, un propriétaire pourrait tenter d’expulser un locataire pour faire payer des loyers plus élevés en location courte courte durée).

Les autorités en charge de la réglementation craignent également un afflux potentiel de voyageurs qui transformera des quartiers résidentiels tranquilles en quartiers hôteliers dynamiques.

C’est ce que met en avant Ian Brossat, l’adjoint communiste au logement de la ville de Paris.

Certains s’inquiète également du manque de surveillance et de responsabilité en matière de collecte des taxes liées à Airbnb et de respect des règlementations sur les durées de locations, ainsi que de la présence d’usages détournés à l’insu du propriétaire, comme la prostitution.

Par conséquent, les personnes qui envisagent de faire appel à Airbnb (soit pour trouver une chambre, soit pour louer un appartement) doivent faire preuve d’une vigilance raisonnable pour vérifier que la ville en question favorise un environnement favorable à Airbnb.

De même pour les propriétaires, certaines villes sanctionnent lourdement les infractions lorsqu’elles sont constatées, comme vous pouvez le constater avec ce témoignage de propriétaires à Paris.

De plus, chaque annonce doit être conforme aux délibérations en vigueur dans la ville où se situe l’hébergement. Avec par exemple des numéros d’annonces, et des télédéclarations.

Voici un bref résumé des questions que vous vous posez. Vous êtes ensuite libre de lire l’article jusqu’à la fin pour découvrir ce que vous devez vraiment savoir :



Pourquoi les villes interdisent-elles Airbnb ? Les citoyens se plaignent de l’indisponibilité des logements et du coût élevé des locations dans les grandes villes, car de nombreux propriétaires préfèrent les locations de courte durée pour la rentabilité. D’autres villes craignent de transformer des quartiers tranquilles en quartiers de vacances bruyants.



Airbnb est-il mauvais pour les villes ? Les villes, surtout les plus populaires, semblent être les plus mal loties. Dans les grandes villes comme Amsterdam, Barcelone, Édimbourg et Los Angeles, des études sur l’effet Airbnb a pu montrer que tourisme de masse facilité par des plates-formes comme Airbnb a un impact négatif sur les prix de l’immobilier et les communautés locales.



Paris

Quelles Villes Majeures Ont Interdit Airbnb ?
En France depuis 2008, la loi Elan encadre les locations saisonnières type Airbnb

En bref :

Airbnb est-il illégal à Paris ? Paris a adopté une réglementation en 2018 qui rend les plateformes comme Airbnb passibles d’amendes de 12 500 euros par annonce illégale, une nouvelle disposition que Paris utilise pour contester Airbnb devant les tribunaux (source : la maire de Paris, Anne Hidalgo, au Journal du Dimanche).

En 2018, un élu parisien, Ian Brossat, a critiqué les services de location de logements comme Airbnb, car il estime qu’ils entraînent le déplacement des habitants hors de la ville principale historique.

Paris est le plus grand marché au monde pour Airbnb, qui propose plus de 60 000 appartements.

D’autres villes comme Barcelonne, Berlin, New York et Santa Monica partagent les sentiments de Ian Brossat.

En 2015, la ville de Paris a pris des mesures de répression à l’encontre des appartements en résidence secondaire loués en courte durée à Paris, conçus spécifiquement comme une location courte durée, et les autorités ont infligé aux contrevenants des amendes pouvant atteindre 25 000 euros.

D’une manière plus générale, les propriétaires d’un Airbnb en France sont tenus de déclarer leur location saisonnière en mairie, au centre des impôts via le formulaire P0i, et auprès de l’office de tourisme pour la taxe de séjour.

Ils sont également tenus d’enregistrer leur annonce et d’afficher le numéro d’enregistrement dans leur annonce en vertu de la loi Elan dans les métropoles qui le souhaitent, comme Nice par exemple.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, citant les préoccupations que la prolifération des annonces Airbnb dans la ville menaçait de transformer celle-ci en un “musée à ciel ouvert”, a annoncé en 2019 son intention de faire appliquer à Airbnb l’amende de 12,5 millions d’euros prévue par la loi pour les annonces non enregistrées.

Barcelone

En bref :

Airbnb est-il interdit à Barcelone ? Conformément à une tendance plus large en Espagne, Barcelone est à l’avant-garde de la mise en place de restrictions envers Airbnb et les sites similaires depuis plusieurs années maintenant. Ils ont également conclu un accord avec Airbnb pour retirer les inscriptions illégales de sa plate-forme à l’issue d’une longue bataille et en prélevant une amende de 600 000 euros qui doit encore être payée.

En mai 2018, Barcelone a maintenu sa position ferme sur Airbnb et d’autres sites similaires.

La ville a ordonné au site de retirer 2 577 annonces qu’il avait trouvées sans licence approuvée par la ville, sous peine d’amendes substantielles.

Puis, Airbnb et la ville de Barcelone ont conclu un accord donnant aux autorités de Barcelone l’accès aux données des annonces.

Pour la première fois, les autorités de la ville pourront se référer à des données sur les hôtes qui indiquent précisément où se trouvent les appartements et qui sont leurs occupants enregistrés, ce qui pouvait auparavant nécessiter une enquête approfondie.

Les numéros d’identification des hôtes permettent de vérifier si les appartements liés ont bien une autorisation de la ville de Barcelone.

En 2016, Airbnb a été condamné à une amende de 600 000 euros (toujours impayée et contestée) pour avoir mis en ligne des appartements sans autorisation, après une amende plus modeste de 30 000 euros l’année précédente (cette même amende avait également été infligée au site web HomeAway).

Les habitants disent que les locations Airbnb ont rendu encore plus difficile la recherche d’un logement dans la ville, et le gouvernement catalan est allé jusqu’à lancer une campagne sur les réseaux sociaux exhortant les touristes à dénoncer les locations courte durée illégales ou suspectées de l’être.

Berlin

Quelles Villes Majeures Ont Interdit Airbnb ?
La ville de Berlin a modéré sa politique d’interdiction des locations courte durée sur AirBnB

En bref :’

Airbnb est-il légal à Berlin et en Allemagne ? Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur le logement à Berlin, le partage du logement est désormais explicitement reconnu. Mais la de 2016 interdit le partage de logements, sauf pour les personnes qui souhaitent louer des chambres ou qui ont reçu l’un des nombreux permis gouvernementaux.

Les autorités allemandes, attribuant à Airbnb une part de responsabilité dans l’augmentation des loyers et la pénurie de logements à Berlin, ont adopté en 2014 une loi interdisant les locations de courte durée qui n’ont pas reçu l’autorisation explicite de la municipalité de Berlin.

Les futurs propriétaires pouvaient demander un permis pour louer leur propriété pour des périodes inférieures à 60 jours, mais les autorités ont promis de rejeter 95 % de ces demandes en vertu de la loi de 2014.

Toutefois, en mars 2018, l’assemblée de la ville a annulé cette loi.

Cette décision signifie que les propriétaires peuvent louer leur résidence principale sans restrictions de temps après avoir obtenu un permis des autorités municipales, et louer des résidences secondaires pour une durée maximale de 90 jours par an.

Amsterdam et Londres

En bref :

Airbnb est-il légal à Amsterdam ? Vous ne pouvez louer des logements entiers à Amsterdam que pour un maximum de 30 nuits par an, sauf si vous disposez d’un permis spécifique qui vous autorise à louer votre maison pour plus de nuitées. Conformément au règlement sur le logement d’Amsterdam, vous devez également informer la ville chaque fois que vous louez votre logement.

Airbnb est-il illégal à Londres ? Depuis début 2017, les systèmes d’Airbnb limitent automatiquement à 90 nuits par année civile les locations de logements entiers dans le Grand Londres.

Ces deux villes ont été beaucoup plus réceptives à Airbnb que les autres destinations européennes.

En février 2015, Amsterdam a annoncé un effort de coopération avec Airbnb dans le cadre duquel la ville prélèverait une taxe touristique (taxe de séjour) sur les locations tandis que Airbnb informerait les hôtes potentiels de toutes les règles et réglementations en vigueur.

Cependant, en 2018, Amsterdam a limité les locations courte durée à 30 jours par an, réduisant de moitié sa limite précédente.

Et les Londoniens intéressés par la location courte durée de leurs propriétés sur Airbnb ont bénéficié d’un amendement à la législation de la ville en matière de logement (qui a été adoptée par le Parlement en mars 2015), permettant aux propriétaires de louer leur maison, leur appartement ou leurs chambres d’amis jusqu’à trois mois par an.

Ceux qui vivent en dehors de la région du Grand Londres peuvent louer leur propriété principale ou secondaire jusqu’à 140 jours par an.

Airbnb est en plein essor à Londres.

Selon une étude de la société de services immobiliers Colliers, la part de marché d’Airbnb à Londres a triplé depuis 2017, passant de 2,8 % à 7,6 % des nuitées.

New York

Quelles Villes Majeures Ont Interdit Airbnb ?
La plus grande destination touristique des États-Unis n’est naturellement pas étrangère à Airbnb.

Airbnb est-il illégal à New York ? La loi Airbnb de la ville de New York stipule qu’il est illégal de louer des appartements pour moins de 30 jours dans la plupart des bâtiments, en particulier les logements de classe A. La loi réprime les locations illégales de courte durée dans l’une des plus grandes destinations touristiques du monde.

Cependant, Recode a rapporté qu’Airbnb a poursuivi la ville en justice en août 2018 à propos d’une nouvelle loi qui obligerait Airbnb et d’autres sociétés de colocation à fournir chaque mois à l’organisme d’exécution de la ville les noms et adresses des hôtes.

Airbnb a affirmé que la loi violait la vie privée et les droits constitutionnels de ses utilisateurs.

La ville de New York est le plus grand marché des Etats Unis pour Airbnb, mais, selon la ville, jusqu’à deux tiers des annonces Airbnb sont illégales.

En janvier 2019, un juge fédéral a bloqué la loi après l’avoir déclarée inconstitutionnelle.

Lorsqu’une loi similaire a été promulguée à San Francisco, le nombre d’annonces sur Airbnb a chuté de 50 %.

San Francisco

En bref :

Airbnb est-il interdit à San Francisco ? En vertu de la loi en vigueur, toute personne résidant dans la ville de San Francisco qui met une annonce pour une location courte durée (moins de 30 nuits consécutives) sur une plateforme d’hébergement comme Airbnb doit s’inscrire et obtenir une autorisation.

San Francisco a adopté une politique similaire à celle de New York : Les locations Airbnb ne sont autorisées que si les hôtes sont des résidents à plein temps dans le logement loué sur la plateforme, les locations sont plafonnées à 90 jours et tous les hôtes doivent s’inscrire auprès de la ville.

Les contrevenants sont passibles d’une amende de 484 dollars par jour pour une première infraction et de 968 dollars par jour pour les récidivistes.

Toutefois, malgré ces stipulations, le San Francisco Chronicle a signalé que seule une fraction des hôtes Airbnb s’est effectivement conformée à la nouvelle loi.

Des enquêtes menées en 2019 ont révélé que jusqu’à la moitié des personnes ayant demandé un permis de location de courte durée à San Francisco ont menti sur leur demande, principalement en prétendant faussement être un résident de la maison qu’ils louent.

En outre, comme dans d’autres villes, Airbnb fait face à des critiques croissantes de la part des acteurs du logement qui accusent le site de réduire l’offre de logements déjà insuffisante.

Santa Monica

En bref :

Airbnb est-il légal à Santa Monica ? Santa Monica interdit la location courte durée de biens immobiliers entiers où l’hôte n’est pas présent, ce que la ville appelle les “locations de vacances”. La ville autorise le “home sharing”, c’est-à-dire la location d’une partie de la propriété pour une courte durée en présence de l’hôte.

Cette ville a fait disparaître 80 % de ses annonces Airbnb en instaurant les réglementations les plus strictes des États-Unis en matière de locations courte durée.

La ville du sud de la Californie a déclaré qu’elle était motivée par l’augmentation générale des prix des logements et la diminution de l’offre de logements.

La nouvelle réglementation, en vigueur depuis juin 2015, exige de toute personne qui met une annonce sur Airbnb à Santa Monica de vivre sur la propriété pendant le séjour du locataire, de s’inscrire pour obtenir une licence d’exploitation et de percevoir une taxe d’occupation de 14 % auprès des utilisateurs, qui sera payable à la ville.

En 2019, la ville de Santa Monica a conclu un accord avec Airbnb dans lequel la société a accepté de retirer les annonces illégales de son site web.

En 2019, la ville ne comptait plus que 351 annonces de location courte durée, dont la plupart sont inscrites sur Airbnb.

Le résultat final

Airbnb n’est pas étranger à la controverse.

Les hôtes affirment que le service permet aux voyageurs de louer des logements plus abordables, tandis que les opposants accusent Airbnb de porter préjudice au prix des logements, à l’offre et à la qualité de vie des quartiers.

Les villes ont des approches très diverses face à ce service, de la stricte Santa Monica à l’Amsterdam du laisser-faire.

Compte tenu de cette situation, tout hôte potentiel d’Airbnb doit savoir où se situe sa ville sur ce spectre. Sinon, il risque de se voir infliger une lourde peine ou, s’il est locataire, d’être expulsé de son domicile.



Qu’en pensez vous ?

Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous

Pourquoi les villes interdisent-elles Airbnb ?

Les citoyens se plaignent également de l’indisponibilité des logements et du coût élevé des logements dans les grandes villes, car de nombreux propriétaires préfèrent les locations de courte durée pour les vacances. D’autres villes craignent de transformer des quartiers tranquilles en quartiers de vacances bruyants.

Airbnb est-il mauvais pour les villes ?

Les villes, surtout les plus populaires, semblent être les plus mal loties. Dans les grandes villes comme Amsterdam, Barcelone, Édimbourg et Los Angeles, des études sur l'”effet Airbnb” ont montré que le sur-tourisme facilité par des plates-formes comme Airbnb a un impact négatif sur les prix de l’immobilier et les communautés

Quels sont les pays qui ont interdit Airbnb ?

Reykjavík, Islande.
Paris, France.
Berlin, Allemagne.
Londres, Royaume-Uni.
Nouvelle-Zélande.
Croatie.
Australie.

Pierre

Pierre est ingénieur agronome spécialisé dans l'aménagement du territoire (INA ENSA A), et urbaniste. Investisseur immobilier dans la location meublée courte et longue durée, il est passionné pour aider les propriétaires au quotidien. Il est l'auteur du Best Seller "Airbnb Master : les 200 secrets des nouveaux millionnaires de la location courte durée" et collabore avec de nombreux médias (Capital de M6, Le Monde, Le Parisien, Le Petit Futé...) Surtout, Pierre est à votre disposition pour échanger sur vos difficultés, laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.