Le PDG de Expedia ouvre la porte à une fusion avec Airbnb

De nombreuses entreprises ne rouvriront pas leurs portes lorsque la crise du coronavirus aura bel et bien disparue, mais deux d’entre elles resteront certainement en activité et chercherons à capter la frustration des voyageurs après un long confinement (chez eux, dans un rayon de 100km, dans leur pays…).
Nous les connaissons bien, à savoir:

  • Expedia
  • et Airbnb

Et ces deux sociétés historiquement ennemies, mais affaiblies pourraient bien trouver des moyens de coopérer face à des menaces encore plus importantes pour leur survie sous la forme de Google et Booking.com.

En effet, Booking.com semble être la plateforme de réservation en ligne qui est la mieux armée pour tirer son épingle du jeu de la pandémie, comme nous l’expliquions dans cet article.

Et puis Google… c’est Google… la société déploie petit à petit ses ailes dans le monde de la location saisonnière et rien ne l’arrêt dans ses projets.

Il y a eu des rumeurs ces dernières semaines aux Etats Unis (précises et donc vraisemblablement bien informées).

Selon ces rumeurs la société de capital-risques Silver Lake a récemment investi à la fois :

  • 1,2 milliard de dollars dans Expedia Group
  • et 1 milliard de dollars dans Airbnb (cf cet article),

De là à supposer que les deux rivaux pourraient avoir un projet de fusion dans leurs cartons, il n’y a qu’un pas.

Mais ce qui était des murmures sous le manteau, est devenu une clameur suite aux récentes déclarations du nouveau PDG du groupe Expedia, Peter Kern, qui sait de quoi il parle car c’est un financier avant tout.

Il a été nommé pendant le confinement et a donc besoin d’affirmer sa stratégie dans les médias pour asseoir sa position et se faire connaître.

Peter Kern a déclaré, qu’il espérait que Silver Lake gagnerait de l’argent grâce à ses investissements à la fois dans Airbnb et dans Expedia, et n’a pas présenté les deux sociétés comme étant en opposition, mais comme deux acteurs majeurs du tourisme dans le monde post pandémie.

Plus précisément, il a déclaré que “Silver Lake a été très franc au sujet de leur position d’investissement dans Airbnb, ce qui ne nous a pas du tout dérangé”

Il a utilisé le terme de “concurrents amicaux”, pour désigner Airbnb et Expedia.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, il est fort probable que la période de crise débouche dans des évolutions majeures au sein des OTA (Online Tourisme Agency) et qu'un quasi monopole se créé, ce qui n'est jamais très bon pour les clients (nous)
Le malheur des uns fait le bonheur des autres, il est fort probable que la période de crise débouche dans des évolutions majeures au sein des OTA (Online Tourisme Agency) et qu’un quasi monopole se créé, ce qui n’est jamais très bon pour les clients (nous)

(sources diverses mais notamment CNBC ici et )

Une invitation de Expedia au partenariat pour AIRBNB ?

Kern a déclaré qu’Airbnb et Expedia sont de bonnes entreprises solides, mais il a quand même appuyé là où ça fait mal pour étayer sa réflexion.

Il a pointé qu’avec la réduction d’un quart du personnel d’Airbnb et la réduction drastique de ses investissements hôteliers après le rachat d’HotelTonight en 2019, il serait de bon ton que Airbnb et Expedia unissent leurs efforts au travers d’un partenariat.

Pour reprendre ses propos (traduction maison !) :

“S’il y a des opportunités communes comme dans le monde de l’hôtellerie ou d’autres choses qui deviendraient opportunes, nous pourrions en parler, mais il n’y a pas de plan précis sur ce qui se passe”

“Ils sont un concurrent amical et c’est très bien”.

Dans le même temps, Peter Kern pense que la plateforme de réservation en ligne de Expedia, Vrbo (dont dépend Abritel) pourrait gagner de nouvelles parts de marché en surfant sur les propriétaires mécontents de la décision unilatérale de Airbnb de rembourser les voyageurs en raison des confinements dus au coronavirus, et qui a laissé les propriétaires la plupart du temps en dehors de toute possibilité de décider (cf cet article : le jour où Airbnb a trahi ses hôtes chéris).

“Nous pensons que dans un avenir proche, les affaires de Vrbo vont bénéficier de la situation”, a déclaré Peter Kern, qui a souligné les premiers signes de reprise de la marque lors de la publication des résultats du premier trimestre de l’entreprise.

“Les hôtes n’ont peut-être pas été enthousiasmés par certains des choix d’Airbnb, et sont plus enclins à nous rejoindre et à faire le choix de nous donner l’exclusivité de leurs annonces “.

Il a déclaré qu’Expedia ne va pas mener une grande campagne promotionnelle pour inciter les propriétaires à quitter Airbnb, mais qu’ils leurs donneront “un coin à eux”.

” Les propriétaires ne sont pas forcément obligés d’être présents sur toutes les plates-formes “, a déclaré Peter Kern.

“S’ils sont frustrés par une (plateforme), ils peuvent passer à une autre, et remplir leur calendrier tout aussi bien, et ils deviennent effectivement exclusifs”.

Si c’est pas assez clair comme ça…

Selon Peter Kern, on peut se demander quelle société de Airbnb ou Expedia a adopté la bonne approche en matière d’annulation et de remboursement des voyageurs du fait de la crise.

Expedia a exhorté les hôtes à fournir aux clients bloqués des remboursements partiels ou des avoirs pour des voyages futurs, mais ne l’a pas exigé.

“Ils (Airbnb) ont fait ce qu’ils avaient à faire”, a déclaré Peter Kern.

“Nous avons fait ce que nous devions faire.

Nous pensons que notre approche était plus juste envers les fournisseurs, et nous en tirerons certainement des avantages.

Mais ce ne sera pas facile et il n’y aura pas de changement majeur entre nous”.

Airbnb a refusé de commenter les propos de Peter Kern.

Expedia se positionne clairement comme vainqueur dans sa gestion de la crise face à Airbnb et lui ouvre une porte de sortie honorable...
Expedia se positionne clairement comme vainqueur dans sa gestion de la crise face à Airbnb et lui ouvre une porte de sortie honorable…

Sur les fusions et acquisitions

Peter Kern n’a pas pour autant annoncé de grandes manœuvres de fusions et d’acquisitions chez Expedia (qui possède déjà 23 marques !) en pointant bien que Expedia :

  • se concentre sur la simplification de ses activités,
  • et sur le fait que personne ne connaît l’évolution du coronavirus.

Toutefois, il a déclaré qu’Expedia serait opportuniste mais uniquement dans des situations très avantageuses, sans risques.

La question de Google et le bilan de ses prédécesseurs chez Expedia

La seconde partie des déclarations de Peter Kern ces derniers jours est également intéressante.

Il a indiqué que Expedia allait limiter ses investissements publicitaires sur Google pour se concentrer sur une stratégie de location en direct, en s’appuyant sur sa propre marque.

Il a déclaré que les efforts passés de l’entreprise pour proposer des offres combinées aux clients via des publicités payantes sur Google ont été “lamentablement inadéquats”.

Dans le cadre de la réorganisation en cours chez Expedia, la société a, par exemple, regroupé ses équipes de marketing en une seule unité travaillant pour toutes ses marques, et cherche à éviter que des marques similaires ne se fassent concurrence dans les enchères publicitaires sur Google.

“Je pense juste que si nous réglons les choses qui nous concernent et qui ne sont pas la faute d’une personne ou d’un effort quelconque, mais qui étaient juste structurellement difficiles à faire auparavant, et qui ne seront plus difficiles à faire maintenant, alors nous pouvons nous faire beaucoup de bien avant même d’en arriver à la question de savoir si nous dépensons un autre euro de plus sur Google”

Lorsqu’on lui a demandé si le groupe Expedia pourrait se retirer de Google Hotels, Peter Kern a répondu que son équipe “avait probablement tout envisagé”.

Il n’en reste pas moins qu’il y a toujours un trafic précieux en provenance de Google, et Expedia ne peut pas y renoncer.

Nous mesurons cela et nous y pensons tout le temps.”

Booking.com a obtenu de meilleurs résultats

Booking Holdings, par exemple, a cessé de participer à la fonction de location de vacances de Google dans le monde entier.

Expedia cherche à rivaliser avec Booking.com comme modèle pour réduire la dépendance envers Google et être plus efficace en termes d’économie combinée (hotel, vol, transport).

Pour le PDG de Expedia, Booking est une entreprise plus simple ce qui “les a aidés et cela leur a permis de moins dépendre de Google”.

Mais pour Expedia, leur botte secrète est d’avoir plus de données clients que Booking.

“Franchement, nous avons plus de données sur les voyages qu’eux

Nous avons plus de données aériennes, nous avons plus de marques, et nous avons beaucoup de bons moyens pour atteindre le client”.

Bien sûr, Booking Holdings est sur la voie de l’élargissement de ses activités en ajoutant des vols pour Booking.com et Agoda, et en essayant de développer son activité de voyages et d’activités.

Au troisième trimestre 2019, alors qu’Expedia et Tripadvisor ont souffert du fait que Google a rongé leurs activités respectives, Booking Holdings a été moins sévèrement touchée, tous comptes confondus.

Expedia est en pleine restructuration constructive

Peter Kern a clairement un projet de restructuration du groupe Expedia en tête.

Au début de l’année, un cadre supérieur avait qualifié la société de “trop gonflée”, avec trop de complexités administratives et des employés ne sachant pas quoi faire lorsqu’ils se présentent au travail.

Expedia réorganisait et réduisait ses effectifs avant même la crise des coronavirus.

Le nouveau PDG a été nommé dans cette perspective et a déclaré :

” Le côté positif de toute cette horreur (le covid-19, c’est l’opportunité que j’ai vue.

Je suis très enthousiaste à l’idée d’aider un groupe de personnes à changer de cap.

Et nous avons une réelle opportunité de le faire”.

En conclusion sur Airbnb et les autres plateformes d’annonces

Les propriétaires qui ont vécu les évolutions successives de Abritel n’en gardent pas un bon souvenir et leur portefeuille non plus.


Vous ne connaissez pas l’avenir, moi non plus, mais nous pouvons nous prémunir de nouveaux coups durs. Ne jamais subir et rester indépendants.


C’est pourquoi le programme du Club VIP vous donne toutes les clefs pour louer en direct.

Des milliers de propriétaires le font déjà, vous allez y arriver aussi avec la méthode pas à pas et les stratégies uniques du Club VIP


Pensez aux agriculteurs qui font de la vente en direct.

Les autres leur avaient dit que ce n’était pas possible, mais ils l’ont fait.


Et à votre avis qui de l’agriculteur qui vend en direct et de celui qui vend à Carrefour gagne le plus ?

Qui de celui qui vend en direct ou de celui qui vend à Leclerc prend le plus de plaisir à travailler et se sent libre ?


Mes meilleures stratégies vous sont accessibles dans le Club VIP.


Vous avez encore quelques jours pour en profiter, les portes ferment samedi et le programme ne sera jamais plus accessible dans ces conditions.
Vous êtes libre d’en profiter dès maintenant.


PS : Je serai en LIVE ce soir 20h30 pour répondre à vos questions pour vous aider à atteindre vos objectifs (sur Zoom.us – Identifiant : 758 1145 0063 / Mot de passe : 7c9iSi)


PS2 : Si vous n’avez pas encore vu la technique bluffante pour remplir votre calendrier, c’est par ici.

Pierre

Pierre est ingénieur agronome spécialisé dans l'aménagement du territoire (INA ENSA A), et urbaniste. Investisseur immobilier dans la location meublée courte et longue durée, il est passionné pour aider les propriétaires au quotidien. Il est l'auteur du Best Seller "Airbnb Master : les 200 secrets des nouveaux millionnaires de la location courte durée" et collabore avec de nombreux médias (Capital de M6, Le Monde, Le Parisien, Le Petit Futé...) Surtout, Pierre est à votre disposition pour échanger sur vos difficultés, laissez un commentaire !

2 commentaires

  1. Ces deux sociétées, peuvent bien disparaitre : elle ne servent à rien, ce sont des parasites qui se nourrissent sur le dos des
    loueurs, hôtels, etc.
    client final aussi, parfois
    Suçant au passage entre 10/30% a ces derniers, sans faire grand chose,et, avec peu de personnel ( vue le peu de personnes, toujours trop, mise a la porte due a la covit..50% du staff…)

    Baléares /Palma de Mallorca, les hôteliers collectivement ont créés leur propre site de résa.
    Avec du personnel local
    Donc d’autres solutions existe,et, doivent être trouvées afin éliminer les intermédiaires , nocifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.